Google a construit un microscope à réalité augmentée pour aider les médecins à détecter le cancer

La réalité augmentée n’est pas encore capable de guérir le cancer, mais lorsqu’elle est combinée avec un algorithme d’apprentissage automatique, elle peut aider les médecins à diagnostiquer la maladie.

Les chercheurs de Google ont développé un microscope à réalité augmentée qui prend des données en temps réel à partir d’un réseau neuronal formé pour détecter les cellules cancéreuses.

Comparateur Google

Le prototype, qui est configuré pour identifier les cellules cancéreuses du sein et de la prostate, n’exige pas des hôpitaux ou des laboratoires qu’ils remplacent leurs microscopes existants. Les microscopes optiques existants peuvent être équipés d’un appareil photo numérique pour alimenter l’algorithme d’apprentissage automatique et d’un affichage AR personnalisé pour superposer les résultats numérisés sur la vue analogique de l’utilisateur.

Les résultats ont été présentés plus tôt en avril 2018 lors de la réunion annuelle de l’American Association for Cancer Research.

L’ARM, le futur de la médecine moderne

« Nous pensons que l’ARM a un grand impact sur la santé mondiale, en particulier pour le diagnostic des maladies infectieuses, y compris la tuberculose et le paludisme, dans les pays en développement. » a écrit Martin Stumpe, responsable technique de la recherche et Craig Mermel, chef de produit sur l’équipe Google Brain, via un post sur le blog Google Research.

« En outre, même dans les hôpitaux qui adopteront un flux de travail de pathologie numérique dans un proche avenir, l’ARM pourrait être utilisé en combinaison avec le flux de travail numérique où les scanners sont toujours confrontés à des défis majeurs et où un délai rapide est nécessaire. » ont-ils ajouté.

Le résultat des recherches

Des recherches antérieures publiées par l’équipe sur l’approche de l’apprentissage automatique ont montré que l’algorithme a atteint un score de 89% dans la détection des tumeurs alors qu’un pathologiste qualifié sans contrainte de temps a obtenu un score de 73%. Jusqu’à présent, l’équipe de Google a démontré les capacités de la portée de leur recherche avec les cancers du sein et de la prostate.

Le système pourrait également être utilisé pour afficher d’autres données ou annotations non pathologiques. « Bien sûr, les microscopes optiques se sont révélés utiles dans de nombreux secteurs autres que la pathologie et nous pensons que le microscope à réalité augmentée peut être adapté à un large éventail d’applications dans les domaines des soins de santé, des sciences de la vie et des matériaux. » ont-ils également déclaré dans le billet de blog.

Google affirme qu’une étude plus approfondie est cependant nécessaire pour des évaluations plus avancées des performances et des insuffisances du système.