Google a placé en open source son IA chasseuse d’exoplanètes

Le système d’intelligence artificielle créé par Google qui a aidé la NASA à détecter l’exoplanète Kepler-90i a été mis à la disposition du public.

Grâce à cet outil, il est donc théoriquement à la portée de tout le monde de découvrir et d’identifier de nouvelles planètes. Cette IA de Google analyse les données de la sonde de chasse de la NASA pour identifier les signaux les plus prometteurs.

Exoplanète habitable

Elle a été rendue publique pour aider les scientifiques amateurs à repérer de nouveaux mondes dans l’univers. Le système a récemment découvert deux exoplanètes en formant un réseau de neurones pour analyser les données du télescope Kepler de la NASA. Cela a été fait à partir de l’analyse initiale d’environ 700 étoiles.

Il est important de noter que cette IA peut être utilisée librement et gratuitement par tout le monde.

Une annonce qui plait les astrophysiciens amateurs

« Nous sommes ravis de publier notre code pour le traitement des données Kepler, la formation de notre modèle de réseau neuronal et de faire des prédictions sur les nouveaux signaux candidats. » a écrit Chris Shallue, ingénieur logiciel senior chez Google Brain, dans un billet de blog.

C’est dans ce même billet de blog que Google a annoncé la mise à disposition du public de l’IA.

Pour l’instant, il n’est pas encore possible d’observer directement les exoplanètes, mais on peut repérer le creux de luminance révélateur lorsqu’une exoplanète passe devant son étoile hôte. Ainsi, Kepler a été conçu pour scanner l’espace à la recherche de ces signaux. Cependant, il existe un nombre important de signaux qui pourraient indiquer une exoplanète.

Le rôle de l’IA de Google consiste à faire le tri entre ce nombre infini de signaux.

Le mode de fonctionnement de l’IA

La solution appliquée par la firme a été de libérer la puissance des réseaux de neurones sur le problème.

En utilisant 15 000 exemples d’exoplanètes dans ses données, Google a formé un réseau pour passer en revue les données de Kepler et identifier d’autres signaux d’exoplanètes à haut potentiel. Après la période d’essai, l’IA de Google a pu vérifier 670 étoiles qui étaient connues pour avoir des exoplanètes.

Google permet donc maintenant à tout le monde d’apprendre à former un réseau de neurones sur les données de Kepler en libérant son code librement. Il est possible d’obtenir le code TensorFlow sur GitHub dès maintenant et les données de Kepler sont également disponibles gratuitement. Le billet de blog de Google fournit des instructions sur la façon dont vous pouvez tester le réseau en redécouvrant Kepler-90i.

Google espère, avec ce projet, apporter une contribution significative dans le domaine de l’astrophysique.

Mots-clés google