Google a suspendu ses relations commerciales avec Huawei

Huawei paie une fois de plus le prix des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. La semaine dernière, le Ministère américain du Commerce a en effet placé le constructeur sur la liste des entreprises suspectées de représenter un danger pour la sécurité nationale et Google a de ce fait annoncé cette nuit avoir suspendu ses relations commerciales avec l’entreprise chinoise.

Huawei se trouve dans le collimateur de Donald Trump depuis l’année dernière. L’actuel locataire de la Maison Blanche accuse en effet l’entreprise d’entretenir des liens étroits avec le gouvernement chinois, et même d’espionner pour son compte.

Test du Huawei P30 Pro : image 12

La situation s’est considérablement dégradée depuis le début de l’année, mais elle a pris une toute nouvelle tournure la semaine dernière avec ce fameux décret.

Huawei a été placé sur la liste noire des États-Unis

Le décret en question n’est pas anodin. Il stipule en effet que les entreprises américaines ne peuvent plus commercer avec Huawei sans avoir obtenu l’accord des autorités.

Google, de son côté, a rapidement réagi et la firme a ainsi fait savoir qu’elle suspendait toutes ses relations commerciales avec le géant chinois le temps d’examiner les implications de ce décret. Elle ne pourra donc plus fournir ses logiciels à Huawei.

Par extension, cela veut aussi dire que ce dernier ne sera plus autorisé à embarquer Gmail, YouTube, Google Maps ou même Google Play sur ses appareils.

Cela ne veut cependant pas non plus dire que Huawei n’aura plus accès à la plateforme. En réalité, l’entreprise pourra toujours utiliser sa version publique et elle sera donc libre de continuer à livrer ses appareils avec.

Dans l’absolu, cela ne changera absolument rien pour le marché chinois. Les outils de Google ne sont en effet pas les bienvenus là-bas. Les années passant, les entreprises locales ont donc développé leurs propres solutions et ce sont ces dernières qui sont embarquées à bord des smartphones et des tablettes vendues sur le territoire.

Un décret qui va avoir de lourdes répercussions

En revanche, pour l’Europe, la situation est un peu différente. Avec la mise en place de ce décret, Huawei n’aura légalement plus le droit de livrer ses prochains smartphones avec les applications du géant de la recherche, des applications qui sont très populaires sur le vieux continent.

Toutefois, Google a également insisté sur le fait que cette décision ne concernait pas les téléphones disponibles sur le marché.

En d’autres termes, le Play Store ne va pas subitement disparaître de votre P30 Pro. Ceci étant, la situation s’annonce compliquée pour les prochains modèles, à moins bien entendu que Huawei ne décide de distribuer les applications de Google par le biais de sa propre boutique…

Mais cette décision poste aussi des questions sur la sécurité des appareils vendus par la marque. En utilisant la version libre d’Android, Huawei ne pourra en effet plus compter sur la collaboration de Google.

Reste maintenant à savoir quelle sera la riposte de la Chine. Il ne faut en effet pas oublier que la plupart des constructeurs américains se fournissent sur les chaînes de production chinoises…

MAJ : Huawei nous a communiqué sa position officielle par rapport à toute cette affaire :

« En tant que l’un des partenaires clés d’Android à l’échelle mondiale, nous avons travaillé étroitement avec leur plateforme open source pour développer un écosystème qui profite à la fois aux utilisateurs et à l’industrie.

Huawei continuera d’apporter les mises à jour de sécurité et d’assurer les services d’après-vente à tous les smartphones et tablettes déjà vendus et tous ceux disponibles sur le marché à travers le monde. Nous continuerons de construire un écosystème logiciel sécurisé et durable afin d’apporter la meilleure expérience à tous les utilisateurs dans le monde. »

Mots-clés googlehuawei