Google et la presse belge enterrent la hache de guerre

Il n’y a pas qu’en France que le torchon brule entre Google et la presse. En Belgique, cela fait plusieurs mois que le géant américain est la cible d’attaques de la part de l’industrie de ce secteur. Toutefois et contre toute attente, il semblerait qu’ils soient tous parvenus à trouver un terrain d’entente. Mieux, ils pourraient même enterrer la hache de guerre. Et tout ça sans aucune rémunération supplémentaire. Mieux, ce traité pourrait même rapporter de l’argent à Google sur le long terme. Comment ? On va justement en parler dès à présent.

A la base et tout comme nos mensuels et nos hebdomadaires rien qu’à nous, la presse belge souhaitait obtenir une rémunération en échange de la parution de ses articles sur le portail Google Actualités. Pour tenter de faire pression sur le géant américain, elle s’est donc regroupée autour de Copiepresse et c’est ce dernier qui a finalement annoncé la fin du conflit. Après des semaines et des semaines de discussions parfois houleuses, ils sont effectivement parvenus à trouver un terrain d’entente.

Google et la presse belge enterrent la hache de guerre

Google et la presse belge ont trouvé un accord… au détriment du reste du web !

Bien qu’on ne connaisse pas encore tous les tenants et les aboutissements du dossier, il semblerait que Google se soit engagé à rembourser à la presse belge ses frais de justice. L’indemnisation des quotidiens et des mensuels s’arrête cependant là car le géant américain a bien spécifié qu’il ne comptait en aucun cas rémunérer les éditeurs de contenu. En réalité, cet accord porte finalement sur trois points :

  • Promotion des services des éditeurs de contenu : Google va faire la promotion de tous les contenus publiés par la presse belge. Comment ? On ne le sait pas vraiment mais cela pourrait passer par une mise en valeur soit dans Google Actualités, soit dans Google Search, soit dans les deux. En outre, pour toucher un nouveau public, les éditeurs pourront s’appuyer sur… adWords. Très concrètement, c’est donc la presse qui va finalement rémunérer Google.
  • Augmentation des revenus des éditeurs : La presse belge pourra accéder à des outils premiums qui leur permettront de mieux monétiser leurs contenus. Le tout grâce à adSense et adExchange. Là encore, on pourra remarquer que Google semble bien décidé à privilégier la presse…
  • Mise en avant de la presse sur les médias sociaux : Afin d’augmenter la visibilité de la presse, Google va mettre à leur disposition un panel d’outils liés à YouTube (chaines officielles) et Google+. Une bonne chose pour la presse, c’est sûr, mais c’est surtout le géant américain qui va profiter d’une mise en avant de ses services.

Notez que l’article complet de Google est consultable à cette adresse.

On peut déduire pas mal de choses de ces quelques lignes. La première chose que l’on remarque, c’est que la presse belge n’est absolument pas parvenue à s’imposer face à Google. Le géant n’a pas bougé d’un poil, et les éditeurs de contenu n’ont pas réussi à obtenir une rémunération supplémentaire. Mais ce n’est pas le plus intéressant. En réalité, ce qu’on peut remarquer, c’est que Google a décidé de privilégier la presse belge au détriment des autres sites ! Et ce sur son portail d’actualités, bien sûr, mais également sur son moteur de recherche !

Et là, c’est nettement plus inquiétant parce que cela signifie aussi que tous les éditeurs de contenus ne seront finalement plus logés à la même enseigne. Si Google avantage la presse, alors cela se fera forcément au détriment des autres sites, et donc au détriment des forums, des blogs et de tous les autres. A terme, on risque ainsi de se retrouver avec un Google Search Free d’un côté et un Google Search Premium de l’autre.

Inutile de préciser que Google risque fort d’appliquer la même stratégie en France et dans le reste du monde. Moralité, amis blogueurs, Google risque bien de tous nous tacler dans les semaines qui viennent. Il va falloir se préparer, donc.