Google Actualités et YouTube menacés par la directive sur le droit d’auteur ?

Les choses se compliquent pour Google. En septembre 2018, les eurodéputés ont adopté la proposition de directive de droit d’auteur à l’heure du numérique. Dans ce texte, deux articles remettent en cause l’existence de Google Actualités et YouTube en Europe.

L’article 11 porte notamment sur l’instauration d’un nouveau droit voisin pour les éditeurs de presse, droit leur permettant de demander des redevances lorsqu’un service reprend un extrait d’un contenu avec un lien.

YouTube

L’article 13, quant à lui, concerne le filtrage automatique des contenus mis en ligne par les internautes afin qu’ils ne soient pas en infraction avec les droits d’auteur en absence d’un accord avec une plateforme d’hébergement.

Google est particulièrement mécontent de l’article 11 qui fait entre autres référence à l’introduction d’une taxe sur les liens ou hyperliens. Pour contrer ce texte, Google appelle à la révolte sur YouTube à travers une vidéo avec le hashtag « #SaveYourInternet. »

Google Actualités tirera peut-être sa révérence en Europe

Richard Gingras, vice-président de la division News de Google, a tenu à s’exprimer au sujet de cette proposition de directive de droit d’auteur à l’heure du numérique. Et d’après ses dires, cela n’augure rien de bon pour Google Actualités.

Richard Gingras a laissé entendre que ces articles pourraient entrainer la fermeture de Google Actualités en Europe. Toutefois, le cadre ne veut pas s’avancer trop vite et a indiqué que tout dépendra de la formulation qui sera adoptée au final par la directive.

YouTube, également en danger

Google Actualités n’est pas le seul à être menacé par cette proposition. L’article 13 serait, d’après Google, un coup d’arrêt pour YouTube car les possibilités de censure accrue qu’apporte le filtrage automatique des contenus sont nombreuses.

Si on en croit Google, les plateformes comme YouTube, Dailymotion, Facebook ou encore Instagram seraient obligées de « bloquer la grande majorité des contenus mis en ligne en Europe et d’empêcher les utilisateurs européens de regarder les contenus publiés en dehors de l’Europe, étant donné l’incertitude et la complexité de la propriété des droits d’auteur. »

Le lobbying continue actuellement à Bruxelles. Si le processus législatif de cette proposition arrive à son terme, la directive pourrait être appliquée au début de l’année 2019. Les Etats membres de l’Union Européenne auront ensuite deux ans pour la transposer dans leurs droits nationaux.