Google attaqué par des professionnels déçus de la note de leur établissement

Google a lancé il y a quelques années de cela un nouveau service baptisé « Google my business », qui permet aux internautes de noter, anonymement, les commerçants, les artisans, ceux qui exercent une activité libérale, une activité sociale ou éducative.

Jusque là tout va bien, sauf que quand on reçoit des avis négatifs et qu’on a aucun moyen de se défendre ni même de savoir qui a laissé ces avis, ça devient sérieusement problématique.

google-chipset-embauche

Crédits pixabay.com

C’est ainsi qu’un groupe de professionnels, dont des avocats et un médecin mosellan, ont décidé d’attaquer Google en justice pour les raisons que nous venons de citer.

Un service à double tranchant pour les professionnels

Selon l’avocat du médecin, Me  Xavier Lochum, Google my business permet de laisser « des avis anonymes. On ignore s’il s’agit réellement de patients. Il est impossible de dire s’il s’agit de personnes qui ont eu un différend personnel avec ce spécialiste, s’il s’agit d’un canular… », rapporte L’Est Républicain.

« Ce système qui permet une notation a entraîné une inflexion de la fréquentation de son cabinet », poursuit l’avocat qui a donc décidé avec son client de dénoncer ce système qu’ils jugent « injuste ».

Le médecin voudrait pouvoir répondre aux avis négatifs laissés par les internautes, et demander aux auteurs de supprimer les messages. Le problème c’est qu’ils sont anonymes, et donc aucun moyen d’entrer en contact avec eux. Le médecin a demandé à Google d’effacer les messages, mais le géant américain a tout bonnement refusé.

En effet, l’avocat de Google France, Me Sébastien Proust, estime que « les avis qui se contentent d’exprimer le point de vue négatif d’un consommateur ou d’un patient sur un professionnel relèvent de la libre critique ».

Google devant la justice

Face au refus de Google, le médecin et son avocat ont réussi à assigner le géant américain devant le tribunal de grande instance de Metz après une longue procédure. « Il a fallu aller les chercher dans l’État du Delaware puisque Google France n’est pas hébergeur et n’est responsable de rien. Il fallait aller jusqu’au bout pour mettre un frein à ce système. Et remettre de l’ordre. », a déclaré Me  Xavier Lochum.

D’autres professionnels les ont rejoints pour dénoncer le préjudice porté par Google my business aux professionnels. A la justice maintenant de trancher !

Mots-clés google