Clicky

Google+, c’est terminé !

Google a annoncé une bien triste nouvelle hier soir. Suite à la découverte d’une faille de sécurité critique, le géant américain a pris la décision de fermer définitivement Google+ pour le grand public. Le service tirera sa révérence l’été prochain.

Lancé en 2011, Google+ avait principalement pour ambition d’offrir une alternative solide aux réseaux sociaux comme Twitter ou encore Facebook.

Destiné à un brillant avenir, du moins selon son créateur, le service n’a cependant pas rencontré le succès escompté et il n’a ainsi pas réussi à s’imposer auprès du grand public.

Google+ va fermer ses portes pour le grand public

Durant ces dernières années, Google+ a connu plusieurs mises à jour de grande envergure, mais ces dernières n’ont une fois de plus pas permis à la plateforme de rencontrer le succès espéré.

Pour autant, le service compte tout de même quelques fans et ces derniers seront sans doute peinés d’apprendre sa fin programmée.

Le Wall Street Journal a en effet révélé dans un article publié le 8 octobre l’existence d’une faille critique présente sur le service depuis trois années. D’après les informations de nos confrères, cette dernière se situait au niveau de l’interface de programmation du service et elle offrait un accès aux informations personnelles des comptes créés sur la plateforme.

Toujours selon le WSJ, Google aurait découvert l’existence de ce bug en mars dernier à l’occasion d’un audit mené en interne. L’entreprise aurait alors décidé de le corriger sans prévenir ses utilisateurs.

Google, de son côté, a publié un communiqué confirmant la plupart des informations de nos confrères. Loin d’en rester là, le papier annonce également la fermeture définitive de Google+ pour le grand public, une fermeture programmée pour dans dix mois et donc l’été prochain.

Une faille critique à l’origine de la décision

La firme donne peu de détails sur la faille qui a touché son service, mais cette dernière aurait visiblement rendu cinq cent mille comptes vulnérables pendant une période de quinze jours.

Pire, plus de quatre cents applications externes ont potentiellement pu accéder aux données des comptes utilisateurs.

Si Google+ n’est certainement pas le premier service à être confronté à une faille de cette ampleur, le manque de transparence de son créateur ne plaide pas franchement en sa faveur. Beaucoup reprochent ainsi à la firme américaine d’avoir gardé le silence.

D’après un mémo obtenu par le Wall Street Journal, cette décision aurait principalement été prise pour éviter au service de se retrouver sous les feux des projecteurs et de prendre ainsi la place de Facebook, lui-même très critiqué pour son manque de rigueur et de sécurité.

L’affaire Cambridge Analytica est en effet encore dans tous les esprits.

Il faut cependant croire que cette histoire a servi de leçon à Google puisque l’entreprise a annoncé une refonte complète de ses API, une refonte visant la plupart de ses applications.

Mots-clés google

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.