Google Drive, Dropbox et Mega marchent bien chez les pirates

Google Drive, Dropbox et Mega ont été pensés pour nous aider à stocker nos documents et nos fichiers sur le cloud, mais ils semblent aussi rencontrer de plus en plus de succès chez les pirates.

Les téléchargements illégaux ne sont pas nés avec les torrents, loin de là. Dans les années 90, ces solutions n’existaient même pas et la plupart des pirates s’appuyaient ainsi sur IRC ou sur les newgroups pour s’adonner à leurs sombres penchants.

Déménagement T411

La tâche n’était cependant pas aisée et il était ainsi nécessaire de maîtriser un minimum l’informatique pour s’en sortir.

Le piratage a toujours existé sur la toile

L’arrivée de Napster a changé beaucoup de choses et l’outil a ainsi permis au piratage de se démocratiser. Plusieurs solutions analogues ont ensuite commencé à émerger sur la toile et elles ont rapidement attiré l’intention des ayants droit et de leurs avocats.

C’est en partie ce qui a poussé Bram Cohen à se remonter les manches et à travailler sur un nouveau protocole de transfert de données fonctionnant en pair à pair, un protocole connu aujourd’hui sous le nom de BitTorrent.

Lancé en 2001, ce dernier a connu un succès fou et il donné un tout nouvel élan au piratage. Très vite, des dizaines de trackers ont émergé sur la toile.

La suite, vous la connaissez sans doute. L’industrie a durci le ton et elle s’est lancée dans une vaste campagne de lobbying afin de pousser les gouvernements à mettre en place des filtres et des dispositifs légaux pour limiter le piratage.

En parallèle, de nombreuses plaintes ont été déposées et les autorités ont fait fermer plusieurs trackers dans les années suivantes.

Toutefois, ces actions n’ont pas entamé l’enthousiasme des pirates et c’est précisément ce que prouve cette étonnante histoire.

Google Drive populaire chez les pirates

Gadget 360 a en effet eu l’idée de se pencher sur les différentes demandes de suppression de DMCA déposées par les ayants droit depuis le début de l’année et nos confrères ont alors eu la surprise de constater que de plus en plus de plaintes visaient les plateformes de stockage dans le cloud.

Google Drive serait ainsi très populaire chez les pirates et il aurait totalisé à lui seul plus de cinq mille de ces demandes… le mois dernier.

Dropbox, OneDrive et Mega apparaissent eux aussi dans la liste, mais le nombre de demandes est beaucoup moins important. Gadget 360 en a effectivement dénombré une centaine sur la même période. Même chose pour YouTube, Vimeo ou encore Dailymotion.

Comment expliquer la popularité de Google Drive, alors ?

La raison est simple. Créer un compte Google est très facile et l’interface du service est suffisamment facile à prendre en main pour être accessible au plus grand nombre. Les pirates perdent donc moins de temps en paramétrage et ils se tournent par conséquent plus volontiers vers le service pour héberger leurs fichiers.

Fait intéressant, en poussant plus loin leur enquête, nos confrères ont aussi trouvé de nombreux groupes secrets dédiés au partage de contenus illégaux sur Facebook, des groupes dans lesquels les pirates partagent leurs liens Google Drive.

Toutefois, certains pirates vont encore plus loin en utilisant carrément l’outil de création de cartes proposé par Google Maps pour partager leur collection de films et de séries pirates.