Google Drive part en guerre contre les fichiers piratés

Google Drive est devenu en l’espace de quelques années un service incontournable sur le marché du cloud. Toutefois, il semblerait que certains utilisateurs du service ne soient pas tout à fait respectueux de la loi.

De nombreux internautes utiliseraient en effet le service pour stocker des fichiers protégés par les droits d’auteur. Comme des films, par exemple, ou même de la musique et des épisodes de séries. Pour ne rien arranger, ces derniers auraient même pris l’habitude de partager publiquement ces contenus avec leurs proches ou même de parfaits inconnus.

Piratage Google Drive

Google Drive a visiblement une dent contre les contenus piratés.

Si tel est votre cas, alors vous avez peut-être vu apparaître sur vos comptes un nouveau message d’avertissement provenant de Google Drive.

Google Drive a un problème avec les contenus piratés

Plusieurs personnes ont en effet vu apparaître un message à l’écran en tentant d’envoyer des fichiers protégés par les droits d’auteur dans leur cloud personnel. Relativement court et direct, le message en question affiche tout simplement une erreur et il explique en plus que le fichier en question est en violation avec les conditions d’utilisation du service.

Ce fameux message n’en reste pas là cependant et il intègre aussi un lien permettant de demander l’intervention d’un tiers.

Pour le moment, seuls quelques internautes ont vu apparaître ce message sur leur compte. Toutefois, Torrent Freak a été en mesure de reproduire ce résultat en tentant de partager le même fichier qu’une de ces personnes.

Ce détail est évidemment loin d’être anodin. Il prouve en effet que cette fonction ne se limite pas à certains profils, mais plutôt à certains contenus. Par conséquent, cela veut aussi dire que Google s’appuie sur le hashage du fichier pour générer cette fameuse alerte.

Un filtre basé sur le hashage des fichiers ?

Nos confrères ont bien évidemment contacté Google pour obtenir plus de détails sur cette nouvelle fonction. L’entreprise a malheureusement refusé de répondre à leurs questions et un de ses portes-paroles a ainsi déclaré qu’elle n’avait pas l’intention de commenter les méthodes utilisées pour détecter les abus sur le service. Et en même temps, le contraire aurait été étonnant.

Toutefois, Google s’était montré un peu plus bavard l’année dernière lors d’une réunion portant sur le droit d’auteur, une réunion qui s’était tenue à San Francisco. Lorsque l’entreprise avait été interrogée sur sa politique en matière de piratage, Elizabeth Valentina (21th Century Fox) avait pris la parole pour indiquer que de nombreux pirates utilisaient les services de la célèbre entreprise américaine pour mettre en ligne les fichiers contrefaits.

Mieux, elle avait aussi conseillé aux ingénieurs de la société de s’appuyer sur le « hach filtering » pour identifier plus facilement ces fameux fichiers.

Fred Von Lohman, le directeur en charge des affaires liées au Copyright chez Google, avait alors indiqué que ce fameux filtre était déjà utilisé par certains de ses services.