Google en passe de laisser tomber sa propre voiture autonome

Après Apple, voilà que Google pourrait bien laisser de côté le développement de sa propre voiture autonome. La firme de Mountain View aurait ainsi pour désir de se concentrer sur la partie technologique du projet, et de laisser la question de la voiture en elle-même à des constructeurs automobiles partenaires (comme le groupe Fiat-Chrysler). Rien de nouveau sous le soleil de la Silicon Valley.

En effet c’est également la décision qui aurait été (officieusement) prise par la firme de Tim Cook au sujet des voitures autonomes. Apple préférant à l’instar de Google, visiblement, se focaliser sur la conception logicielle, laissant de côté la partie automobile à proprement parler.

prototype-google-car

Google pourrait bien faire une croix sur son projet de voiture autonome. Du moins en partie…

C’est ce que l’on apprend dans les lignes d’un article du site The Information, Google laisserait donc tomber la conception de sa voiture sans chauffeur, certes, mais également sans volant ni pédales, le tout pour se concentrer sur l’élaboration et l’amélioration de sa technologie en la matière.

Une décision prise en haut lieu

Cette décision stratégique aurait été prise en haute sphère, puisque d’après The Information, ce ne serait autre que Larry Page – le CEO d’Alphabet, dont Google est une filiale – qui aurait (en compagnie de Ruth Porat – directrice financière de la holding) considéré le projet comme étant « irréalisable » à l’heure actuelle.

Si l’idée d’une voiture autonome sans commandes de pilotage dans l’habitacle n’est pas à enterrer, Google pourrait profiter de ce « report » pour mettre en place un service commercial solide et concentrer ses recherches sur la technologie permettant la navigation sans chauffeur.

Se réajuster pour faire face à la concurrence

C’est également un impératif qu’Alphabet a dû prendre en compte, la concurrence faisant rage sur le secteur depuis quelques mois. Outre le fait qu’Apple soit – comme évoqué plus haut – également positionné sur le secteur, on pourra mentionner les avancées significatives d’Uber dans le domaine.

La compagnie avait effectivement lancé en septembre dernier des essais grandeur nature pour ses taxis autonomes. Essais couronnés de succès qui ont peut-être fini de convaincre Larry Page que l’important n’était (pour le moment) pas tant la voiture en elle même, mais plutôt la technologie qui l’anime.

Crédit illustration