Google et Microsoft avertissent les investisseurs qu’une mauvaise intelligence artificielle pourrait nuire à leur marque

Les grands noms de la technologie s’accordent sur un point : les outils d’intelligence artificielle ne présentent pas que des avantages.

Dans de récents rapports financiers présentés sous la forme d’un 10-K des sociétés, Google et Microsoft mettent en avant les impacts négatifs qu’une mauvaise intelligence artificielle pourrait avoir sur leur image et leur marque. Bien évidemment, cela affecterait aussi l’ensemble de leurs activités.

IA discours politiques

Pour la première fois depuis l’avènement des logiciels d’intelligence artificielle, les risques sont évoqués par Microsoft et Alphabet. Ce dernier n’est autre que la maison-mère de la société Google. Les détails sont précisés dans la section « Facteurs à risque » du rapport 10-K.

Ce document normalisé est aujourd’hui entre les mains de nombreux investisseurs.

La sensibilisation du public à l’égard de l’intelligence artificielle ne date pas d’aujourd’hui. En tout cas, l’annonce publiée par Microsoft et Google semble plus percutante.

Google a déposé son bilan 10-K la semaine dernière

Par le biais de sa société mère, Alphabet, Google a déclaré : « De nouveaux produits et services, y compris ceux qui intègrent ou utilisent l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique, peuvent soulever de nouveaux problèmes ou exacerber des problèmes éthiques, technologiques, juridiques et autres, susceptibles d’affecter nos marques et la demande de nos produits et services, et nuire à nos revenus et à nos résultats d’exploitation ».

Pour se prémunir des risques ainsi que d’éventuelles poursuites judiciaires, Google a décidé de créer une entreprise où les universitaires et les décideurs seront à l’honneur. Ainsi, le leader mondial des moteurs de recherche ne sera plus le seul à avoir main mise sur la technologie de l’intelligence artificielle. Pour information, Google a développé cet outil depuis une dizaine d’années.

10-K Microsoft : les propos les plus intéressants

Le document 10-K remis par Microsoft date du mois d’août dernier. L’entreprise indique clairement que « les algorithmes d’intelligence artificielle peuvent être défectueux ». « Ces carences pourraient compromettre les décisions, les prédictions ou les analyses produites par les applications d’intelligence artificielle, nous soumettant à un préjudice concurrentiel, à une responsabilité juridique et à un préjudice à la marque ou à la réputation », ajoute-t-elle.

Comme solution, Microsoft préconise la règlementation des logiciels d’intelligence artificielle. Bien évidemment, ses investisseurs seront informés de l’avancement de la situation.