Clicky

Google forcé de prévenir les joueurs que Fortnite n’est pas dispo sur le Play Store

Google prend des mesures pour endiguer les « fakes ». Alors que Fortnite ne fera pas son entrée sur Android au travers d’une traditionnelle mise à disposition sur le Play Store, Google se voit contraint d’y placarder un message à l’intention des aficionados du Battle Royale d’Epic Games. « Fortnite Battle Royale (Epic Games, Inc) n’est pas disponible sur Google Play« , lit-on lorsqu’une recherche est faite, sur la plateforme de téléchargement, avec le mot clé « Fortnite ». Le message est clair, et s’accompagne d’une vague invitation à se rabattre vers Battle Breakers, un autre titre du studio américain, dont le lancement se fait encore attendre.

Au travers de cette mesure, le géant de Mountain View cherche avant tout à éviter aux joueurs le désagrément de télécharger par mégarde une version tronquée du jeu, ou pire, de tomber sur un fake recelant d’éventuels liens vers des malwares. À noter que l’avertissement de Google n’est présent que sur la version mobile du Play Store.

Pour limiter la multiplication des « fakes » suite à l’absence de Fortnite sur le Play Store, Google placarde un message d’absence sur sa plateforme de téléchargement. Une mesure préventive… inhabituelle.

Pour télécharger Fortnite et l’installer sur un smartphone Android, la méthode est simple, mais peu commune. Il faut en effet se rendre directement sur le site officiel d’Epic Games, s’inscrire à la bêta, puis télécharger et installer un lanceur .apk communiqué par mail. Attention toutefois, tous les mobiles ne peuvent pas accueillir le jeu, la liste intégrale des smartphones compatibles est disponible ici. Pour lancer le jeu sur Android il est aussi nécessaire d’autoriser le lancement d’applications tierces, en se rendant dans les paramètres.

Epic Games fait front contre Google et son Play Store

Si Fortnite ne s’est pas frayé un chemin jusque sur le Google Play Store, c’est avant tout pour une affaire de gros sous. Google prélève 30% des revenus générés par les applications et jeux vendus sur sa plateforme. Un manque à gagner auquel Fortnite n’a pas souhaité consentir, préférant rediriger les joueurs vers une méthode de téléchargement alternative.

C’est d’ailleurs ce qu’avait expliqué très clairement Tim Sweeney, PDG d’Epic, lors d’un entretien avec The Verge, début août, ajoutant que ce prélèvement n’était pas justifié selon lui. « La taxe de 30% est élevée dans un contexte où les 70% des développeurs doivent couvrir les frais de développement, d’exploitation et de suivi des jeux (…). La chose est rationnelle sur console puisqu’il y a un investissement énorme sur le hardware, souvent vendu à perte, mais aussi sur le marketing et les partenariats étendus avec les éditeurs« , estimait-il avant de poursuivre en taclant Google et son Play Store.

« Sur Android, ces 30% sont disproportionnés par rapport au coût des services que ce genre de plateforme offrent« , avait-il ajouté en citant notamment les frais relatifs au traitement des paiements, à la bande passante destinée aux téléchargements, ou encore au service client.

Rappelons toutefois que si Epic a décidé de proposer Fortnite par ses propres moyens sur Android, en vue d’économiser, la firme sait aussi se montrer généreuse avec ses collaborateurs. On apprenait ainsi en juillet dernier, que la part revenant aux développeurs lors d’une vente sur l’Unreal Engine Marketplace (boutique relative au moteur graphique développé par Epic), allait augmenter pour passer de 70 à 88%.

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.