Google imagine des carrosseries flexibles pour protéger les piétons

La voiture autonome devient petit à petit une réalité. Concepts multiples, essais réels, la voiture prend désormais la route avec comme axe d’amélioration la fiabilité de ses systèmes déjà très aboutis.

Google innove encore plus en pensant à la sécurité des piétons. En effet, la firme imagine une carrosserie flexible pour protéger les piétons en cas de choc. Elle a ainsi déposé un nouveau brevet pour les technologies développées par Waymo, qui vont dans ce sens.

Sa démocratisation n’est pas pour tout de suite, mais la voiture autonome rencontre déjà un engouement conséquent, tant chez les industriels que dans l’opinion publique.

Une rigidité adaptative à l’obstacle

Certains constructeurs haut de gamme proposent déjà des systèmes autonomes à bord de leurs véhicules, qui gèrent tous les aspects de la conduite sur autoroute. Cependant, certains tests montrent certaines défaillances et une sécurité approximative en obligeant le conducteur à tenir le volant très fréquemment.

La sieste au volant, ou du moins sans le tenir, ce n’est pas pour tout de suite. Les systèmes prennent très bien le relais, mais certaines décisions ou temps de décisions restent anxiogènes pour le conducteur, qui préférera tenir le volant et garder le cap (sur autoroute) de manière habituelle, fluide, presque innée.

En effet, certains déports dans la file prouvent l’imperfection des dispositifs. La sécurité est primordiale, mais pas encore parfaitement gérée. Quant à un parc automobile largement autonome, où les véhicules communiqueront entre eux, reste toujours cette question sécuritaire, tant pour les occupants que pour les piétons.

Une idée pour l’heure au stade de brevet

La firme de Mountain View se penche ainsi sur un concept de flexibilité du véhicule, pour protéger le piéton. Pour l’heure, il n’en est qu’au stade de brevet, mais il a tout pour séduire. Il s’agit d’une carrosserie en deux parties, équipée de câble, pistons ou engrenages qui ont pour but d’augmenter ou d’en réduire la rigidité.

Grâce à ces équipements, la voiture autonome pourra adapter sa résistance en fonction de l’obstacle rencontré, et accroître l’absorption du choc. Si le véhicule détecte un éventuel choc contre un cycliste ou un piéton, il pourra « ramollir » sa surface pour limiter les dégâts. Si l’obstacle est un arbre ou un poteau, la carrosserie deviendra plus rigide pour protéger le conducteur.

Une idée intéressante qui sera sans aucun doute exploitée par la branche spécialisée dans les voitures autonomes de Google, Waymo.