Google Maps a encore photographié un p*nis géant et ça ne fait pas plaisir aux maires

Google Maps ne se limite pas au calcul d’itinéraires. Beaucoup l’utilisent également pour passer des messages. C’est précisément ce qui se passe à Melbourne, où un nouveau pénis géant dessiné dans un parc local vient d’être cartographié par la solution. Et ça ne fait pas plaisir à tout le monde.

Le malvenu est subitement apparu dans le John Cain Memorial Reserve, un complexe sportif situé à Thornbury, dans la banlieue de Melbourne et plus précisément dans le Victoria.

Pénis Melbourne

Capture Google Maps

Situé en plein cœur de la ville, le complexe en question regroupe des terrains de foot de différentes tailles. Des amateurs et des professionnels viennent donc s’entraîner régulièrement sur place.

Un pénis de 100 mètres de long dessiné dans un terrain de foot

S’il vous prend l’envie de vous rendre virtuellement sur place en utilisant la solution de cartographie de Google, alors vous aurez la surprise de vous retrouver avec un phallus stylisé particulièrement imposant et s’étendant ainsi sur plus de 100 mètres de long.

Ce dernier n’est cependant pas le seul à occuper l’espace puisqu’un second dessin un peu plus petit se trouve à seulement quelques dizaines de mètres de lui, sur le côté du terrain.

Si cette blague potache en fera sans doute sourire certains, elle n’est pas du goût de tous. Susan Rennie, une maire locale, prend en effet cette affaire très au sérieux et elle n’a pas manqué de condamner l’oeuvre en la qualifiant d’acte de vandalisme. Pour elle, il ne s’agit en effet pas s’une simple plaisanterie, bien au contraire. Si les graffitis peuvent être facilement nettoyés ou recouverts, il en va tout autrement pour ces dessins puisque l’herbe peut mettre parfois plusieurs mois à repousser dans la région.

Sans compter que Google Maps ne met pas à jour ses cartes en temps réel non plus.

La maire a lancé un appel à témoins

En conséquence, Susan Rennie demande à toute personne témoin d’un acte de ce type d’en référer immédiatement à la police. Elle a en effet indiqué qu’elle comptait traduire les auteurs de ces dessins devant la justice.

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, l’humanité n’a pas attendu Google Maps pour dessiner de grands motifs sur le sol. Les lignes de Nazca le prouvent d’ailleurs parfaitement. On dénombre en effet des centaines de motifs géants au Pérou, des motifs qui interpellent la communauté scientifique depuis des décennies.

Reste que ces motifs sont généralement moins triviaux et qu’ils se contentent de représenter des images abstraites ou des animaux, ce qui aurait sans doute été mieux perçu dans ce cas spécifique.

Cela étant, plus tôt dans l’année, des archéologues travaillant pour l’Université de Newcastle ont tout de même mis au jour d’un motif similaire gravé sur une partie du mur d’Hadrien, un motif représentant une fois encore un vaillant pénis. A croire que la fascination de notre espèce pour l’attribut masculin remonte à loin.

Mots-clés googlegoogle maps