Google Maps cache une île et personne ne sait pourquoi

Google Maps offre un point de vue inégalé sur notre monde. En quelques instants, la solution nous permet en effet de nous promener virtuellement sur n’importe quel continent ou même de survoler les océans de notre planète tels de magnifiques albatros virtuels.

Il existe cependant à travers le monde des endroits où Google Maps ne nous autorise pas à mettre les pieds.

Île Jeannette

Capture Google Maps

La Corée du Nord en fait bien entendu partie, mais elle n’est pas la seule. Certaines régions comme le parc Tantauco au Chili ou même Moruroa un atoll situé près de Tahiti ont aussi été floutés par la solution.

L’île Jeannette, un bout de terre perdu au milieu de nulle part

Elles ne sont visiblement pas les seules, car Google Maps ne permet pas non plus de visiter l’île Jeannette.

Située en pleine mer de la Sibérie orientale, l’île Jeannette n’est pas très grande et elle s’étend ainsi sur une superficie de 3,3 km tout en culminant à environ 351 mètres d’altitude. À l’origine, elle a été découverte en 1881 par l’expédition de la Jeannette, à qui elle doit bien entendu son nom.

D’après les informations dont on dispose, l’île serait entièrement recouverte de glace et elle serait inhabitée.

Suite à sa découverte, les États-Unis ont tenté de la revendiquer, mais leur demande n’a pas abouti et l’île est désormais rattachée à la République de Sakha en Russie.

À première vue, l’île Jeannette n’a rien d’extraordinaire, mais cela n’a pas empêché Google Maps de la masquer en la recouvrant de noir. Personne ne connait les motivations derrière cette décision, mais il est important de signaler qu’il arrive souvent que des gouvernements demandent à la firme de cacher certaines zones.

Masquée sur Google Maps, pas sur Bing Maps

En France, par exemple, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a demandé à ce que toutes les prisons soient cachées. Elle estime en effet que leur présence sur les cartes du service met en danger leur sécurité, encore plus depuis l’évasion du braqueur multirécidiviste Redoine Faïd.

Dans ce cas précis, il est donc possible que la demande émane du gouvernement russe et soit motivée par le fait que l’île comporte des installations que ce dernier n’a aucun intérêt à rendre publiques. Si vous fouillez la zone, vous remarquerez d’ailleurs que les autres îles de la région ne sont pas cachées.

Ce qui est étrange, c’est que plusieurs photos de l’île sont accessibles en ligne, des photos ne laissant pas deviner la présence d’une quelconque infrastructure sur l’île. En outre, et c’est sans doute le plus surprenant, l’île est parfaitement consultable sur Bing Maps et aucun masque n’a ainsi été appliqué à la zone.

L’un dans l’autre, on peut donc raisonnablement se demander si ce masquage ne résulte pas d’une simple erreur de la part de Google.

Mots-clés gogole mapsgoogle