Google Maps devrait flouter les prisons selon la Ministre de la Justice

La Ministre de la Justice, Nicole Belloubet, fait parler d’elle. Suite à l’évasion très médiatisée du braqueur multirécidiviste, Redoine Faïd, la Garde des Sceaux a ouvert le débat concernant la sécurité des prisons françaises en se tournant notamment vers Google Maps.

D’après elle, le service devrait flouter les vues aériennes des établissements pénitentiaires dans l’Hexagone, car les détenus pourraient s’en servir pour planifier leur évasion.

Lors d’une interview accordée à RTL, elle a ainsi déclaré : « Je trouve que ce n’est pas normal que des établissements sécurisés comme des prisons se retrouvent sur internet. J’ai écrit à Google pour demander que des mesures soient prises pour retirer ces établissements pénitentiaires. »

Actuellement, 51 prisons françaises sont toujours visibles sur Google Maps au grand dam de Nicole Belloubet.

Une évasion qui a tout déclenché

Si Nicole Belloubet en est arrivée à émettre cette requête auprès de Google, c’est pour éviter que ce qui est arrivé avec le braqueur Redoine Faïd ne se reproduise. Le détenu s’était échappé de la prison de Réau en Seine-et-Marne le 1er juillet 2018.

C’est grâce à un hélicoptère qui s’est posé dans la cour d’honneur de la maison d’arrêt qu’il a pu s’enfuir avec l’aide de trois hommes armés. Même si Redoine a depuis été arrêté et écroué au centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil, la Ministre de la Justice préfère prendre des mesures pour prévenir ce genre d’incident.

La prison de Vendin-le-Vieil est peut-être une prison de haute sécurité, mais les images aériennes de celle-ci restent toujours visibles sur Google Maps. Il en est de même pour la prison de Réau.

Google va prendre des mesures

Face à cette situation, Nicole Belloubet n’en démord pas même si Google n’a pas encore donné suite à sa requête.

« Je vais demander à rencontrer les personnes qui sont en charge de ces questions-là. » a-t-elle déclaré. De son côté, Google France s’est exprimé par le biais de son porte-parole et a expliqué que les images de Google Maps « proviennent de divers fournisseurs extérieurs, publics ou privés » dont DigitalGlobe, IGN et Airbus.

La société a indiqué qu’elle avait demandé à ces 3 fournisseurs de lui « transmettre des images conformes à la législation en vigueur dans les plus brefs délais. »

Si on comprend aisément ce qui a poussé la Ministre de la Justice à lancer cet appel, il peut être utile de noter que le portail Géoportail ne floute pas non plus le centre pénitentiaire de Réau. Ce dernier apparaît en effet bien sur la vue aérienne du service comme l’atteste cette capture :

Géoportail

Mots-clés googlegoogle maps