Google Maps sert aussi à arrêter les pervers exhibitionnistes

Google Maps est un outil formidable, on s’en sert pour explorer le monde, pour trouver son chemin, pour découvrir des choses insolites et même pour arrêter des pervers exhibitionnistes. Eh oui, vous avez bien compris ! Un « masturbateur en série », qui accumulait les plaintes depuis quatre ans, vient d’être arrêté en Australie par la police.

Et cette arrestation a été possible en partie grâce à Google Maps !

Facepalm

Un exhibitionniste récidiviste

Le site news.com.au rapporte qu’un homme de 43 ans a été arrêté par la police australienne à Brisbane pour des faits d’exhibitionnisme sur voie publique. En fait l’homme est ce qu’on pourrait appeler un « exhibitionniste en série », puisque ses méfaits remontent à quatre ans.

En effet, de 2015 à 2019, la police a enregistré des plaintes de nombreuses femmes qui ont déclaré avoir vu l’individu se masturber en public dans plusieurs rues de la banlieue.

L’homme était particulièrement connu pour fréquenter une rue de Windsor, au point qu’il s’y est même fait photographier par un véhicule de Google Street View. C’est justement en découvrant cette image sur Google Maps que la police a pu mettre la main sur notre exhibitionniste.

La police australienne a déclaré que l’image de Maps avait facilité leur enquête et avait permis d’inculper l’homme pour 27 chefs d’accusation d’actes indécents.

Attention à Google Maps, chers exhibitionnistes !

Ce fait divers montre clairement que si vous comptez poser des actes répréhensibles, prenez bien soin de vérifier qu’un véhicule de Google Street View ne traîne pas par là.

Sinon vous risquez de vous faire photographier en flagrant délit, et votre photo se retrouvera sur Google Maps.

Pour ce qui est de notre « exhibitionniste en série », un porte-parole de la police du Queensland a déclaré qu’ils cherchaient maintenant à déterminer si quelqu’un d’autre avait été victime du comportement indécent de cet homme.

« Il est possible qu’il y ait eu plus d’infractions au cours de cette longue période », a déclaré le porte-parole. « Ce que nous faisons maintenant c’est d’interroger le public pour savoir s’ils n’ont pas assisté à d’autres cas d’exhibition de cet homme, cela pourra peut-être nous aider à reconstituer un autre incident. »

Mots-clés googlegoogle maps