Clicky

Google ne tentera pas de remporter le contrat JEDI

Google ne fera pas partie des candidats pour le Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI). Il s’agit d’un contrat d’une valeur potentielle de 10 milliards de dollars avec le Ministère de la Défense US. Il consiste à sélectionner un soumissionnaire qui fournira des services d’informatique en nuage au Département de la Défense.

À l’heure actuelle, les candidats en lice sont Amazon, Oracle, Microsoft et IBM.

Pentagone

Si la firme de Mountain View passe son tour pour ce contrat, c’est avant tout parce que le géant IT juge que les clauses du contrat sont contraires à ses principes en matière d’utilisation de l’intelligence artificielle. La course des candidats pour le contrat JEDI a débuté en août 2018 et prendra fin en octobre 2018. En principe, le nom du gagnant devrait se faire connaître avant la fin de 2018.

Pour l’heure, les pronostics sur le gagnant vont du côté d’Amazon qui a déjà conçu un cloud privé pour le compte de la CIA.

Un contrat contraire aux principes de Google

Un porte-parole de Google a expliqué que l’entreprise ne ferait pas partie des candidats parce que « Premièrement, nous ne pouvions pas être assurés que cela serait conforme à nos principes en matière d’intelligence artificielle. Deuxièmement, nous avons déterminé que certaines parties du contrat étaient hors de portée avec les certifications de notre gouvernement actuel. » Toutefois, l’entreprise assure qu’elle continuera de soutenir le gouvernement américain avec son cloud.

Le contrat JEDI durera dix ans. Un seul soumissionnaire sera sélectionné par le Pentagone. Le Département de la justice (DOD) a expliqué au Congrès que si le contrat était attribué à plusieurs soumissionnaires, cela compliquera la transmission des informations. Google a expliqué que « Si le contrat JEDI avait été ouvert à plusieurs fournisseurs, nous aurions présenté une solution convaincante pour certaines parties. » Le groupe ajoute qu’une approche multi-cloud aurait été préférable pour les agences gouvernementales.

Google ne veut pas s’attirer les foudres de ses salariés

L’abstinence de Google a aussi pour cause ses employés. Des milliers de collaborateurs ont signé une pétition pour que l’entreprise arrête de travailler pour le Pentagone sur le contrat Maven. Ce contrat consistait à collaborer avec l’armée US pour analyser des images prises par des drones sur des zones de conflit.

Les employés se sont dressés contre cette collaboration arguant que si Google poursuivait ce contrat, il serait directement impliqué dans la guerre. L’entreprise a alors cédé et n’a pas renouvelé son contrat avec le Pentagone. De plus, la firme a adopté des « principes d’intelligence artificielle » qui rassemblent les consignes de Google sur l’utilisation de sa technologie IA.

Mots-clés cloudgoogleweb

Andy

Passionné de NTIC, sportif et à ce que l'on dit, un bon vivant !