Google ne veut plus d’Internet Explorer 6

Les développeurs web le savent, il est souvent difficile de rendre un site compatible avec tous les navigateurs du marché. Et pour cause puisque certains d’entre eux ne respectent pas vraiment les normes établies et ont tendance à n’en faire qu’à leur tête. Un peu comme Internet Explorer, qui reste sans doute le pire ennemi du webmestre. Et bien justement, figurez-vous que Google a décidé de s’en débarrasser.

Comment ? Tout simplement en arrêtant de se prendre la tête et en ne prenant donc plus en charge certains navigateurs. Parmi ces derniers, on peut citer Firefox 2.0, Safari 2.0 ou encore Chrome 3.0 mais aussi et surtout Internet Explorer 6. Pour l’instant, cette décision ne concernera que Google Sites et Google Docs mais elle devrait ensuite être étendue aux autres services de la firme. Alors attention, hein, car ces services resteront bien entendu accessibles depuis ces vieux navigateurs. Oui, mais les développeurs de la firme ne se prendront plus la tête à corriger les différents bugs de compatibilité éventuels.

A noter qu’en ce qui me concerne, cela fait bien longtemps que je ne m’emmerde plus à développer pour Internet Explorer 6. Oui et à l’époque où je bossais encore en agence, je prenais toujours le temps de bien expliquer le pourquoi du comment aux différents clients que je devais gérer. Dans la plupart des cas, ils comprenaient parfaitement mon point de vue et finissaient généralement par installer un autre navigateur… Mais il y avait évidemment certains irréductibles, et on ne manquera pas d’avoir une grosse pensée émue pour eux.

Quoi qu’il en soit, si l’on peut saluer l’initiative de Google, cette dernière n’est pas sans soulever quelques questions. Le fait est que certains des services de la firme sont devenus incontournables, c’est par l’exemple le cas de son moteur de recherche, et qu’on peut se demander ce qui se passerait si Google décidait du jour au lendemain d’exclure tous les autres navigateurs du marché pour privilégier uniquement le sien.

On est d’accord, ce serait un peu du suicide, mais je ne peux pas m’empêcher de me demander combien d’internautes joueraient le jeu et combien iraient voir ailleurs.

Via MacGeneration