Google remplace officiellement Dalvik par ART dans Android

Les applications tournant sur Android sont écrites en Java et nécessitent ainsi, pour les faire tourner, une machine virtuelle qui permet de compiler les applications pour qu’elles puissent être lisibles par ce bon vieux processeur. Depuis les débuts d’Android, la machine virtuelle utilisée par Google se nomme Dalvik, un nom que vous allez pouvoir oublier dans les prochains mois, même si vous faites partie de ceux qui viennent d’apprendre ce à quoi il fait référence.

En effet, depuis la dernière version majeure d’Android, la fameuse 4.4 KitKat, Android intègre une nouvelle machine virtuelle du nom de ART, pour Android RunTime. Cette nouvelle machine virtuelle était jusque-là en test : via une option dans les paramètres pour développeurs, il était possible de l’activer ou de la désactiver à loisir. Dans la prochaine version d’Android, ce changement ne sera cependant plus une option.

Échanger Dalvik et ART

En effet, c’est le code source d’Android, via le projet AOSP, qui nous l’apprend : dans ce code source, ART a remplacé officiellement Dalvik, et ce changement devrait donc normalement apparaître également dans la prochaine mise à jour d’Android.

Concrètement, c’est plutôt une bonne chose, puisque ART permet une exécution des applications plus rapide que Dalvik en compilant les applications à l’installation là où Dalvik le faisait à la volée, à chaque lancement.

Si nos applications mettront donc légèrement plus de temps à s’installer, elles seront en revanche plus rapides à se lancer, et ça c’est bien. Ce qui l’est moins par contre, c’est que certaines applications ont besoin de Dalvik et qu’elles seront donc rendues inutilisables si leurs développeurs ne font rien. Cependant, cette information ne concerne qu’une minorité d’applications.

Via

Mots-clés android