Quand Google tente de concilier censure et liberté d’expression

Google a fait une présentation qui a filtré l’année dernière sur Breitbart News. Cette présentation contient plusieurs diapositives au fil desquelles on constate que le géant IT tente d’équilibrer deux principes opposés : la censure et la liberté d’expression.

L’étude est intitulée « The Good Censor. » Elle recueille plusieurs conclusions et idées provenant d’interviews et de la contribution de plusieurs critiques culturels, universitaires et journalistes.

Dans la première diapositive de la présentation, on peut lire que Google veut « rassurer le monde en affirmant qu’il protège les utilisateurs contre les comportements préjudiciables tout en maintenant la liberté d’expression. » Cela apporte un regard sans précédent sur les luttes auxquelles font face actuellement les plateformes technologiques de la Silicon Valley.

On a un aperçu de ces luttes avec Facebook et Twitter qui modèrent désormais une grande partie des conversations sur leurs plateformes.

Un équilibre incertain

Dans sa présentation, Google rappelle qu’internet a été fondé sur les principes de la liberté d’expression. Toutefois, l’entreprise s’interroge sur la possibilité de protéger les internautes de ses aspects négatifs, menaces ,violences, infox, trolling, propagandes, etc. tout en laissant chaque utilisateur s’exprimer à sa guise.

Google reconnaît que les gouvernements peuvent utiliser la censure pour limiter la liberté des individus. Cependant, la firme affirme que ce sont les plateformes technologiques qui sont responsables de la surveillance de ce qui se passe sur leurs services. Pour ce qui est de la censure, l’entreprise souligne que les demandes de suppression du gouvernement ont triplé depuis 2016. Elles concernent principalement YouTube et Google Search.

Aucun mot sur Dragonfly ni sur la Chine

Google a conclu sa présentation en déclarant que les entreprises technologiques « équilibrent deux positions incompatibles. » Selon l’entreprise, la transparence, la cohérence et la réactivité sont de rigueur pour remédier à ce profond déséquilibre. Le groupe affirme également qu’il n’existe pas de bonne censure qui résoudra et conviendra à tous.

Dans un communiqué, la société affirme que : « Google s’engage en faveur de la liberté d’expression. Soutenir la libre circulation des idées est au cœur de notre mission. Là où nous avons développé nos propres politiques de contenu, nous les appliquons d’une manière politiquement neutre. Donner la préférence au contenu d’une idéologie politique par rapport à une autre serait en contradiction fondamentale avec notre objectif de fournir des services qui fonctionnent pour tout le monde. »

Google ne s’est pas encore exprimé sur Dragonfly que le géant du web compte lancer en Chine. Ce projet suscite de vifs conflits ayant entraîné des démissions très médiatisées ainsi qu’une enquête sérieuse du Congrès.

Mots-clés google