Google : une soixantaine d’ONG signent une lettre ouverte contre le projet Dragonfly

Le Dragonfly de Google n’a pas fini de faire parler de lui. Les protestations continuent de s’élever contre la mise en place d’un moteur de recherche censuré spécialement développé pour la Chine. Plusieurs ONG ont uni leur force pour contrer le lancement de l’outil.

Le 10 décembre 2018, ils sont plus d’une soixantaine d’organisations non gouvernementales et d’organismes de défense des droits de l’homme à avoir signé une lettre ouverte personnellement adressée au PDG de Google, Sundar Pichai.

Le document prie la firme de Mountain View de mettre fin au projet que les signataires considèrent comme une grave atteinte aux droits de l’homme et à la liberté d’expression. Pour le moment, le géant IT ne s’est pas encore prononcé sur cette lettre ouverte.

Que dit la lettre ouverte ?

La demande des ONG est parfaitement claire : « Nous vous écrivons pour vous demander de vous assurer que Google supprime le projet Dragonfly et toute intention de lancer une application de recherche censurée en Chine et pour réaffirmer l’engagement de l’entreprise en 2010 de ne pas fournir de services de recherche censurés dans le pays. »

Pour les signataires du document, « Le fait d’aider activement le régime de censure et de surveillance de la Chine est susceptible de créer un terrible précédent pour les droits de l’homme et la liberté de la presse dans le monde. »

Google est critiqué de toute part

Les signataires de la lettre ouverte adressée à Google comptent également quelques personnalités comme Edward Snowden. Ils se sont déclarés très « déçus » par la décision du géant IT de « compromettre sciemment ses engagements en matière de droits de l’homme et de liberté d’expression, en échange d’un accès au marché chinois de la recherche. »

Critiquée de toute part, la société n’a également pas été épargnée par ses propres employés. Il y a quelques semaines, plusieurs centaines de salariés de Google avaient adressé une lettre ouverte à la direction, protestant contre le développement d’un moteur de recherche censuré.

« Il est temps que Google respecte ses propres principes. » avait clamé l’un deux lors d’un point de presse avant de présenter sa démission. Google va t il pour autant céder face à cette pression et mettre une croix sur le marché colossal chinois ?

Mots-clés google