Grâce à Beresheet, des tardigrades se baladent désormais sur la Lune

Beresheet était censé atterrir à la surface de la Lune le 11 avril dernier, mais le destin en a décidé tout autrement. Les équipes au sol ont en effet perdu le contrôle de l’atterrisseur et ce dernier s’est alors écrasé à la surface de notre pauvre satellite, brisant au passage les rêves de SpaceIL, l’instigatrice de la mission.

Or justement, le module lunaire transportait à son bord une colonie de tardigrades, considérés par les biologistes comme l’une des espèces animales les plus résistantes au monde.

Lune Clignote

Et si l’on en croit Wired, alors certaines de ces créatures auraient pu survivre au crash du module.

Des tardigrades envoyés sur la Lune

Beresheet n’a donc pas voyagé à vide. En réalité, le module transportait à son bord pas mal de choses, à commencer par une bibliothèque fournie par la Arch Mission Foundation.

Encore peu connue des profanes, cette fondation s’est donné pour objectif de préserver les archives de notre civilisation en les stockant dans des abris sur Terre, mais également en les envoyant dans l’espace. Elle a été fondée en 2015 par Nova Spivack et Nick Slavin et elle a participé à plusieurs missions spatiales dans les années suivantes.

En décembre 2017, l’Arch Mission Foundation s’est ainsi rapprochée d’Elon Musk afin de placer au bord de la Tesla envoyée dans l’espace cinq disques sur lesquels ont été gravés les romans du Cycle de Fondation d’Asimov.

Mais la fondation ne souhaite pas en rester là. Elle a également l’intention de construire une bibliothèque permanente sur Mars… et la Lune.

Elle s’est donc rapprochée de SpaceIL en début d’année afin de placer dans le module lunaire Beresheet une bibliothèque composée de trente millions de pages d’archives portant sur notre histoire et notre civilisation. Des pages stockées sur un appareil composé de 25 disques de nickels de 120 mm.

Il y a plus intéressant cependant, car le module abritait également une colonie de plusieurs tardigrades.

La colonie a-t-elle survécu ?

Le tardigrade, aussi connu sous le nom d’ourson d’eau, mesure un peu plus d’un millimètre et il a pour principale particularité d’être capable de survivre dans des environnements extrêmement hostiles. Il ne craint ni les hautes températures, ni même les fortes pressions. Même les rayonnements et les ultraviolets le laissent de marbre, c’est pour dire.

Or justement, de par leur incroyable constitution, il est parfaitement possible que cette colonie ait survécu – entièrement ou en partie – au crash du module lunaire. Si tel est le cas, alors cela signifierait que des organismes vivants se trouvent actuellement sur la Lune.

En revanche, il y a peu de chance que cette colonie, en supposant qu’elle ait survécu, soit en mesure de se développer et de coloniser notre satellite. Lorsque le tardigrade est privé d’eau et de nourriture, il passe en cryptobiose et il ralentit ainsi à l’extrême son métabolisme afin de survivre.

En conséquence, si certains spécimens ont réellement survécu au crash, alors ils sont sans doute inertes à l’heure actuelle.

Mots-clés beresheetlune