Grâce à ce petit crâne vieux de 20 millions d’années, on en sait un peu plus sur l’évolution du cerveau

Le cerveau est un organe très complexe qui renferme bien des mystères. Son évolution au fil des années fait partie d’un ensemble de processus que les chercheurs tentent tant bien que mal de décoder. Sans un crâne complet, il paraît toutefois difficile de déterminer avec exactitude les transformations cérébrales qui auraient pu y avoir au fil des décennies.

La découverte d’un minuscule crâne vieux de plusieurs milliers d’années et qui est pourtant resté parfaitement conservé a donc enthousiasmé les scientifiques. À partir de ce fossile, les chercheurs ont pu mener des études afin de déterminer la forme du cerveau autrefois contenues dans le crâne.

Crâne

Les résultats de ces études ont ainsi permis aux chercheurs d’avoir quelques notions approximatives de l’évolution du cerveau au fil des années.

Un petit crâne qui en dit long

Les chercheurs ont décidé de faire une tomodensitométrie sur le fossile crânien intact. Cette technique consiste à faire passer le crâne sous rayons X pour en obtenir ensuite une image en 3D. À partir de ces images, les scientifiques ont réussi à restituer la forme du cerveau et ont pu déterminer que le crâne appartenait à un animal.

Les chercheurs ont ensuite effectué des découpes pour analyser la taille du bulbe olfactif, la forme du canal optique ainsi que le nerf optique. D’après les résultats de leur étude, le propriétaire du crâne aurait été un animal diurne. Si les scientifiques ont toujours suggéré que l’évolution des systèmes visuels et olfactifs était liée, leur étude démontre aujourd’hui le contraire.

Le crâne découvert est celui d’un platyrrhinien

Ce petit crâne vieux de 20 millions d’années a été découvert dans les Andes chiliennes en 1990. Les scientifiques pensent qu’il s’agit d’un crâne ayant appartenu à un platyrrhinien. En associant cette découverte à d’autres fossiles moins bien conservés, les scientifiques ont pu conclure que le platyrrhinien était un petit animal pas plus lourd qu’un iPad.

Si dans l’échelle de l’évolution les chercheurs suggèrent que l’homme descend du singe, il s’avère que ce dernier aurait également des ancêtres encore plus éloignés. Le platyrrhinien se serait émancipé des singes du Nouveau Monde il y a près de 36 millions d’années. Ce dernier serait l’un des ancêtres auxquels l’homme doit son ascendance. Aucun fossile n’a cependant permis d’établir avec exactitude le rôle joué par cet animal dans l’arbre évolutif.

Mots-clés anthropologie