Clicky

Grâce au MYO, les personnes amputées vont pouvoir contrôler leur prothèse par la pensée

Le MYO a été présenté pour la première fois en 2013 mais le produit a beaucoup évolué au fil des versions et il s’est enrichi d’un certain nombre de fonctionnalités supplémentaires. Des chercheurs travaillant pour la Johns Hopkins University ont même utilisé le produit pour permettre à des personnes amputées de contrôler leur prothèse par la pensée.

Ce produit se présente sous la forme d’un simple brassard connecté. Il vient de positionner sur le bras de l’utilisateur et il embarque une série de capteurs capables d’analyser en temps réel les mouvements de chaque muscle.

MYO prothèses

Grâce au MYO, des chercheurs sont parvenus à créer une prothèse contrôlable par la pensée.

L’utilisateur peut ensuite les associer à des actions particulières pour prendre le contrôle de son téléphone ou de son ordinateur à distance, sans avoir à poser la main ni sur la souris ni sur l’écran tactile du terminal.

La force du MYO ? Son kit de développement !

En marge, ses concepteurs ont aussi mis au point un kit de développement pour permettre aux éditeurs de créer leurs propres actions et leurs propres programmes.

Comme indiqué un peu plus haut, des chercheurs de la Johns Kopkins University ont utilisé le MYO dans un cadre très spécifique, à savoir celui de la prothèse. Grâce à lui, ils sont parvenus à créer un bras artificiel entièrement contrôlable par la pensée.

Johnny Matheny a servi de cobaye pour le tout premier prototype. L’homme a effectivement perdu son bras gauche à la suite d’un cancer et il a tout de suite accepté de participer à ces expérimentations lorsque les chercheurs lui ont proposé de rejoindre le programme.

Le bras artificiel se compose d’un coude, d’un avant-bras et d’une main. Il est connecté à deux brassards MYO placés au niveau du moignon du patient.

Un bras artificiel totalement fonctionnel

Grâce à leurs capteurs, ces derniers sont capables de repérer chaque contraction musculaire. Les données sont envoyées en temps réel à un programme d’analyse.

Ce dernier est capable de retranscrire chaque contraction en un mouvement bien particulier et il se charge ensuite de transmettre ses ordres à la prothèse, qui les exécute dans la foulée.

Le système peut sembler assez simpliste mais il a fallu des mois de travail pour atteindre ce résultat.

Et il faut avouer que le résultat est vraiment très impressionnant. Cela n’a l’air de rien mais ces travaux pourraient changer la vie de milliers de personnes à travers le monde.

Mots-clés insolitemyo

Share this post

Frédéric Pereira

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.