Grid, testez les limites de votre intelligence…

Avec le recul, j’ai constaté une chose : les jeux en flash les plus prenants, les plus intéressants et ceux sur lesquels on passe le plus de temps jouent souvent la carte de la réflexion. Les puzzles, les énigmes, ces titres qu’on ne parvient pas à abandonner, ça c’est du vrai plaisir ludique. Et justement, Grid fait partie de ceux-là. Alors si vous n’avez pas peur de tester vos limites, n’hésitez plus.

Grid : l'écran d'accueil

Grid : un des premiers niveaux

Et c’est un bon plan qui nous vient tout droit de Burning Hat. Oui, le seul,  l’unique, ce reporter intrépide qui n’hésite jamais à me contacter pour me présenter ses bons plans et pour que je les partage avec vous. D’ailleurs, c’est assez paradoxal, parce qu’il n’écrit plus rien sur son blog, lui. Même qu’en fait, je le soupçonne de vouloir me faire bosser à sa place.  C’est exactement ça, il m’exploite, je ne vois pas d’autres explications.

Grid : encore un autre niveau

Cela dit, il fait bien. Parce que Grid m’a donné pas mal de fil à retordre et m’a scotché pendant une grosse demie heure. Pourtant, ce n’était pas gagné. Les premiers niveaux m’ont laissé froid comme le marbre de ma salle de bain (ou comme le carrelage de mes W.C, pour ceux qui ont connu les années Chirac) et je me suis même demandé si ce titre avait vraiment un intérêt quelconque.

Et au bout d’un moment, je me suis vraiment surpris à l’apprécier.

Grid : là, c'est pas gagné

Globalement, le principe est assez simple. A chaque niveau, vous avez plusieurs tuyaux à alimenter en les raccordant entre eux jusqu’au générateur principal. Ils peuvent tous pivoter sur eux-mêmes, à condition d’être alimentés. Heureusement pour nous, le générateur principal peut aussi tourner dans tous les sens et il faut donc faire preuve à la fois de beaucoup de rigueur et de sens pratique pour déjouer chaque énigme.

Evidemment, les premiers niveaux sont très simples à finir mais cela se corse pas mal ensuite. Oui, cela devient de plus en plus difficile, jusqu’au moment où vous craquerez complètement en vous effondrant, raide mort, sur votre clavier, le cerveau en bouillie. En même temps, comme Grid garde une trace de votre progression et qu’il vous permet de reprendre l’aventure là où vous l’aviez laissée, rien ne vous empêche de faire des pauses de temps en temps.

Mais quand même, c’est très dur de s’arrêter.

Via Burning Hat (par mail mais il gagne quand même un BL)