Clicky

GTA 5 : 150 000 $ de dommages et intérêts pour le créateur d’un logiciel de triche

Pour donner suite à une plainte déposée contre Jhonny Perez par Take-Two Interactive, la société éditrice de « Grand Theft Auto 5 » (GTA 5), également maison-mère de Rockstar Games, le prévenu a été condamné par défaut par une cour fédérale de New York à payer 150.000 dollars de dommages et intérêts.

Jhonny Perez a en effet été poursuivi pour violation délibérée du droit d’auteur au détriment de Take-Two Interactive, en fournissant le logiciel « Elusive » destiné à tricher dans GTA online, en offrant aux joueurs la possibilité d’obtenir de l’argent de manière illimitée.

Crédits pixabay.com

Le jugement a été rendu par défaut, car Jhonny Perez ne s’est pas présenté à son procès, le juge Kevin Castel, en charge du dossier, a souligné que la production de ce logiciel de triche a causé un préjudice irréparable à Take-Two Interactive.

Le montant maximal pour ce type de fraude

Il s’agit ici du montant de dommages et intérêts le plus élevé en matière de fraude de ce genre : 150.000 dollars. En plus du paiement de cette somme, Jhonny Perez est condamné à payer 66.868 dollars d’honoraires d’avocat.

Par ailleurs, « Elusive » ayant été fourni aux joueurs, moyennant une somme de 10 à 30 dollars depuis sa création il y a quelques années jusqu’à sa mise hors-ligne en août 2018, cette somme devrait aller dans les caisses de la société.

Take-Two Interactive a essayé d’évaluer la somme amassée par Jhonny Perez en vendant ce mod, mais n’a pas réussi, faute d’obtenir les détails financiers de la part de l’intéressé.

Condamné à payer aussi les frais d’avocats

Une perte estimée au moins à 500.000 dollars est annoncée, outre les déséquilibres relatifs au gameplay de GTA online au niveau des autres joueurs, des déséquilibres portant également préjudice à l’éditeur. « Elusive » n’est plus en ligne depuis la fin de l’année dernière suite à une mise en demeure de Take-Two Interactive.

Il ne faut pas oublier qu’avoir des ressources illimitées permet aux tricheurs de jouir d’avantages considérables face aux autres joueurs qui ne se servent pas de tels moyens, d’autant plus que la société éditrice fait face à un important manque à gagner à cause de telles pratiques.

Dans cette affaire, le producteur de jeux vidéo dit avoir entamé des démarches de négociation, mais n’a pas obtenu de réponse, raison qui l’a poussé à déclencher la poursuite.