Guerre de l’information entre l’Inde et le Pakistan sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter

Les mésententes entre l’Inde et le Pakistan perdurent depuis la première guerre indo-pakistanaise en 1947 à ce jour. Le contrôle du Cachemire constitue la principale raison de ce désaccord.

Avec le développement actuel des moyens de communication, ce dernier a évolué sur les réseaux sociaux, notamment sur Facebook et Twitter. La guerre de l’information entre les deux pays est ainsi déclarée depuis maintenant des années.

Crédits Pixabay

Depuis quelque temps, de nombreux comptes Facebook et Twitter appartenant à des membres de groupes indiens ou pakistanais ont été fermés par les deux géants des réseaux sociaux. Ces personnes combattent en ligne et promeuvent des contenus soit anti-Inde, soit anti-Pakistan.

Cette action a ainsi suscité le mécontentement de nombreux partisans qui ont accusé Facebook et Twitter d’être partiaux dans leurs agissements.

Plusieurs comptes fermés

Tayyab fait partie des nombreuses personnes concernées par cette fermeture. Ce jeune pakistanais de 24 ans est un membre actif du groupe Pakistan Cyber Force. Ce groupe se bat contre l’Inde en postant des publications anti-Inde sur les réseaux sociaux.

Selon Tayyab, ils combattent l’Inde et les ennemis du Pakistan par le biais des médias sociaux. Malgré sa mésaventure, il prévoit de continuer à jouer son rôle dans la guerre de l’information entre son pays et l’Inde.

En Inde, plusieurs comptes Facebook ont également fait l’objet de suspension ou de fermeture parmi lesquels, ceux du groupe Clean the Nation. Ce groupe nationaliste lutte contre les personnes qu’ils perçoivent favorables au Pakistan ou contre l’armée indienne. D’après Rahul Kaushik, un cofondateur du groupe, les personnes qui critiquent ceux qui combattent pour le pays sur le terrain sont des traîtres et ne devraient donc pas travailler ou vivre en Inde.

Pourquoi Facebook et Twitter ont-ils suspendu certains comptes en Inde et au Pakistan ?

Selon un responsable au sein de Facebook, la fermeture des comptes n’est nullement liée à la tendance politique, à l’idéologie ou encore au type de contenu partagé. Il a aussi nié avoir agi sous l’influence du gouvernement indien quand il a fermé le compte de Tayyab et de ses confrères au Pakistan. C’est en fait le comportement inauthentique de ces derniers, notamment l’utilisation de faux comptes pour se présenter sous un faux jour, qui en est la raison.

Pour Twitter, la suspension d’un compte se fait également indépendamment de la tendance politique de la personne concernée. Selon le porte-parole de Twitter, ils croient en l’impartialité et ne prennent ainsi aucune mesure en fonction des points de vue politiques.

Toutefois, selon les analystes, Tayyab et les autres membres du Pakistan Cyber Force travaillent sur le champ de bataille en ligne sous la supervision d’organisations civiles ou militaires pakistanaises.

La guerre de l’information entre l’Inde et le Pakistan suscite la création de nombreux faux comptes sur les médias sociaux. Quelles autres mesures vont prendre Facebook et Twitter pour y faire face ?

Mots-clés facebooktwitter