Gunung Padang, la plus ancienne pyramide de la planète ?

Lorsqu’on parle de pyramides, on pense tout de suite à l’Égypte et aux pyramides de Gizeh. Pourtant, il existe une très ancienne pyramide cachée sous une montagne en Indonésie depuis des siècles.

Elle a été baptisée « Gunung Padang » et d’après une récente étude, il se pourrait que ce soit la plus vieille pyramide encore debout sur Terre.

Crédits Wikipédia

Une ancienne pyramide datant de la préhistoire

Une nouvelle étude, relayée par ScienceAlert, est arrivée à la conclusion que la plus ancienne pyramide connue au monde pourrait se trouver sur le site mégalithique de Gunung Padang, en Indonésie, dans la province de Java occidental. L’étude a été présentée lors de la réunion d’automne 2018 de l’Union américaine de géophysique (en anglais American Geophysical Union, AGU) à Washington D.C.

En utilisant un radar à pénétration de sol (RPS), la tomographie sismique et des fouilles archéologiques, l’équipe de chercheurs à l’origine de l’étude, avec à sa tête le géophysicien Danny Hilman Natawidjaja de l’Institut Indonésien des Sciences, a pu déterminer que les différentes couches de Gunung Padang avaient été construites à des périodes préhistoriques consécutives.

Les chercheurs pensent que la pyramide de Gunung Padang est constituée de quatre couches qui pourraient avoir été construites l’une sur l’autre à des périodes différentes. Une datation préliminaire au radiocarbone suggère que la première couche extérieure pourrait remonter à 3 500 ans, la seconde à environ 8 000 ans et la troisième entre 9 500 et 28 000 ans. Ce qui en ferait la plus ancienne pyramide sur Terre découverte à ce jour.

En se basant sur les différentes couches de la pyramide et la structure que forme l’ensemble, Natawidjaja pense qu’il ne peut pas s’agir d’une formation naturelle, mais bien d’une ancienne pyramide construite par l’homme.

Controverse autour de la pyramide de Gunung Padang

Si les fouilles et les recherches menées par Natawidjaja et son équipe sur le site de Gunung Padang semblent crédibles, d’autres archéologues ne sont pas d’accord avec la façon dont ils ont procédé pour arriver à ces conclusions. C’est le cas notamment de Desril Riva Shanti, responsable du centre archéologique de la ville de Bandung, en Indonésie, qui pense que les chercheurs auraient dû aller plus lentement et utiliser des outils plus délicats sur un site comme Gunung Padang.

Pour l’heure, l’étude menée par l’équipe de Natawidjaja n’a pas été examinée par des pairs. Si leurs conclusions se confirment, des études plus poussées seront certainement menées sur le site de la pyramide de Gunung Padang.

Mots-clés archéologie