GW 1516, une pilule pour remplacer le sport

La GW 1516 n’est pas une pilule tout à fait comme les autres. Elle vise en effet à provoquer sur l’organisme des effets similaires à ceux d’une séance de sport. Elle risque donc d’intéresser toutes les personnes qui ont parfois du mal à se motiver à sortir de leur zone de confort. Une bien belle création, donc, que l’on doit aux chercheurs du Salk Institute for Biological Studies, en Californie.

Les scientifiques ont donc effectué une expérience sur une molécule ayant les mêmes effets que le sport. Ils ont ainsi réalisé les premiers tests sur des souris et une fois les procédures terminées, les scientifiques ont remarqué que l’endurance de chaque animal s’est améliorée.

Pilule Sport

Ce composé devrait donc pouvoir aider les victimes de maladies cardiaques et pulmonaires incapables de faire une activité physique suffisante.

Des changements sur l’expression des gènes

Le sport est une activité qui apporte de nombreux bienfaits à l’organisme. Cependant, à cause d’un problème de santé, certaines personnes n’arrivent pas à le faire. Pour résoudre ce problème, le Salk Institute a réalisé une expérience consistant à inclure les bienfaits du sport dans un simple médicament.

Après de fastidieuses recherches et analyses, les chercheurs ont découvert une molécule expérimentale, sous le nom de GW 1516 (appelé aussi GW). Ils l’ont testé sur des souris. Grâce à l’effet du médicament, l’expression de 975 gènes a changé.

L’expression de certains d’entre eux a augmenté, comme les gènes impliqués dans l’utilisation des graisses et les gènes antioxydants. Contrairement à cela, celle des autres gènes responsables de la brûlure de sucre a diminué.

Des changements incroyables sur les souris

Les résultats sont spectaculaires, la matière a boosté l’endurance des rongeurs. Ils ne gagnent presque plus de poids et deviennent plus réactifs à l’insuline, signes caractéristiques d’un organisme en pleine forme.

Si les souris normales peuvent courir pendant 160 minutes, ceux qui ont bénéficié du GW ont pu résister jusqu’à 270 minutes. D’autres effets positifs sur la santé des rongeurs se sont manifestés sans que la physiologie des muscles ne change. Les souris traitées ont gagné moins de poids que les autres, et ce sur une durée de deux mois. Elles arrivent également à mieux contrôler leur glycémie.

Ceci étant dit, rien ne prouve encore si la pilule aura ou non les mêmes effets sur des humains. Pour le savoir, il faudra donc conduire de nouvelles analyses plus poussées. En attendant, il va falloir continuer à transpirer. Souvent.