Hadopi coûte cher aux F.A.I

Hadopi est un sujet fascinant à plus d’un titre. Bien sûr, ce n’est pas le premier projet de loi idiot, répugnant et aberrant de notre histoire, mais il faut avouer que ceux qui ont travaillé sur le dossier ont mis la barre très haut. Le plus amusant, d’ailleurs, c’est que ce dispositif repose sur des approximations et sur des erreurs de jugement. Car on le sait depuis longtemps, il est impossible de sécuriser sa connexion WiFi, tout comme il est très facile d’usurper l’adresse IP d’un abonné. En revanche, ce que nous ignorions, c’est que la Haute Autorité coûte aussi très cher aux fournisseurs d’accès. Et c’est sans doute pour cette raison que cette dernière n’a pas encore réglé son ardoise…

Hadopi coûte cher aux F.A.I

Le fonctionnement du dispositif Hadopi est assez simple puisque la Haute Autorité ne fait rien à part envoyer des courriers aux abonnés présumés coupables, transmettre des dossiers à la justice et, accessoirement, ne pas respecter ses propres règles. Non, derrière, c’est la société TMG – qui est mandatée par les ayants droit pour analyser « les réseaux undergrounds de l’internet mondial » – qui se charge de la collecte des adresses IP de tous ces méchants pirates. Ensuite, elle transmets le fruit de son dur labeur à la Haute Autorité qui se tourne alors vers les différents fournisseurs d’accès du marché pour obtenir l’identité des fautifs.

Et au final, ça fait évidemment beaucoup de demandes puisque la Haute Autorité aurait envoyé rien de moins que 880.000 mails d’avertissements. Or justement, derrière, ça fait évidemment pas mal de boulot en plus pour nos gentils fournisseurs d’accès. Forcément, comme toute travail mérite salaire, ces derniers ont très vite envoyé des jolies factures à l’organisme, des factures qui s’élèvent à 500.000 euros pour SFR, 1.3 million d’euros pour Orange et à 630.000 euros pour Free. A cela s’ajoute évidemment les factures des autres FAI, factures dont on ne connait pas encore le montant.

Rien que pour SFR, Orange et Free, on arrive donc à quelque chose comme 2.4 millions d’euros. Pas mal, non ? Oui, surtout quand on sait que la Haute Autorité dispose d’un budget annuel de 12 millions d’euros. Du coup, on comprend pourquoi cette dernière ne les a pas encore réglé.

Tiens, d’ailleurs, qu’est ce qu’on pourrait faire avec 12 millions d’euros ?

Via



Frédéric Pereira est l'auteur de cet article

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.

Ces articles peuvent aussi vous intéresser

  • Payez une bière à vos amis Twitter avec Tweet-a-beer

    Payez une bière à vos amis Twitter avec Tweet-a-beer

    Contrairement à ce que pensent pas mal de gens, les amitiés sur Twitter ou sur Facebook sont aussi réelles que les amitiés dans la vraie vie. Mais carrément, bonhomme, puisqu’on te le dit ! Et sachez d’ailleurs que j’aime tous mes followers comme des frères. Ou des soeurs. Yep et justement, si vous avez envie de tendre la main vers vos amis virtuels, sachez qu’il existe un service dont c’est la spécialité : Tweet-a-beer. Grâce à cet incroyable outil, vous allez effectivement pouvoir payer une bière à vos potes ! Et vous le savez, je…

  • Hojoki : Dropbox, Google Drive, Evernote, GitHub et bien d'autres au même endroit

    Hojoki : Dropbox, Google Drive, Evernote, GitHub et bien d’autres au même endroit

    Les services permettant de stocker des données et des informations ne manquent pas. De tête, on peut citer Google Drive, Dropbox, Evernote ou même GitHub. Et le problème, finalement, c’est que nos données finissent très souvent éparpillées aux quatre coins du web. Du coup, pour remettre la main dessus, ce n’est ps toujours facile. Vraiment pas facile, même. Bien heureusement, Hojoki est là pour nous aider et pour que l’on puisse retrouver à un seul et même endroit tous nos services favoris, et toutes les données stockées dessus. Même que le service fonctionne avec la…

  • 233 millions de noms de domaine sur le web

    233 millions de noms de domaine sur le web

    233 millions, c’est le chiffre du jour. Car en effet, si l’on en croit Verisign, alors le web compterait pas moins de 233 millions de noms de domaine. Pas mal, non ? Certes, et sans aucune surprise, ce sont bien évidemment les noms de domaine en « .com » qui sont les plus répandus, loin devant les « .de » (Allemagne) et les « .uk » (Royaume-Uni). La France, quant à elle, s’en sort tout aussi honorablement qu’aux JO 2012 de Londres puisqu’elle se retrouve à la 15ème position. Ce n’est pas énorme, c’est vrai, mais ça pourrait être pire. Sur…


  • http://D-Ro.ch Roch

    Interessant, mais bon je ne sais pas si la somme est asses importante pour être réellement combattue par les FAI.

  • Kr0a

    et après les opérateurs disent « on perd de l’argent, il faut brider les utilisateurs »… et hadopi ne respecte même pas les droits d’auteurs… révoltant…

  • http://blog.kagou.fr kagou

    Ce qui est certain, c’est que ces messieurs/dames, chez Hadopi, se versent des salaires (en plus d’autres revenus, cumul ?). Je pense particulièrement au rapporteur d’Hadopi. La société qui récolte les IP, doit être bien payée également. Au fait qui finance tout ça ? Ceux qui touchent les sous de la taxe contre le piratage ? Ben non ! C’est un comble. C’est nous qui payons. Argll, mais pourquoi tu parles de ce sujet, ça va encore me foutre les nerfs ;) :D

  • Pingback: Semaine #07 à #09 (2012) – Hadopi | Grokuik

  • Articles Populaires -

  • Les Bons Plans -

  • Articles au hasard -