Halszkaraptor, un dinosaure amphibie situé entre le cygne et le crocodile

Si les hybrides sont généralement le fruit de l’imagination ou de l’expérimentation des hommes, cette fois-ci, nous allons parler d’une espèce bel et bien réelle qui a existé il y a de ça 75 millions d’années. Pour la petite histoire, le fossile de cette espèce à l’anatomie peu commune a été découvert à Ukhaa Tolgod, dans le sud de la Mongolie.

Après avoir sillonné le monde entier et être passé entre les mains de plusieurs paléontologues et collectionneurs, le fossile a fini par atterrir au synchrotron européen de Grenoble (ERSF) où il a pu être étudié grâce à une méthode de scan en 3D. Les études ont permis de dresser une image étonnante de l’animal.

Halszkaraptor

Baptisée Halszkaraptor, cette espèce est un dinosaure ayant des caractéristiques physiques proches du vélociraptor, du cygne et du crocodile.

Un dinosaure amphibie

D’après le scanner 3D effectué à l’ERSF, l’espèce dénommée Halszkaraptor escuillie avait une queue similaire à celui d’un velociraptor et des griffes en forme de faucille aux pattes. Ces griffes aiguisées lui servaient à tuer ses proies. Son cou était aussi long que celui d’un signe et son bec ressemblait à celui d’un crocodile.

En dehors de ces particularités physiques, l’Halszakaraptor s’avère être un dinosaure amphibie. D’après Vincent Beyrand, chercheur à l’ESRF, cette espèce possède « un système neuro-vasculaire dans le museau ressemblant beaucoup à celui des crocodiles modernes, ce qui suggère qu’il s’agissait d’un prédateur aquatique. »

Les doutes écartés

De telles caractéristiques physiques ont poussé certains scientifiques à douter de l’authenticité du fossile découvert en Mongolie. « La première fois que j’ai examiné ce spécimen, je me suis interrogée sur l’authenticité de ce fossile. » Tels sont les mots de la paléontologue Andrea Cau.

Toutefois, grâce à la microtomographie multi-résolution par rayon X du synchrotron européen de Grenoble, il a été prouvé qu’il s’agissait véritablement d’un fossile authentique. « Le squelette n’était pas un composite assemblé à partir de différentes parties de dinosaures, mais une véritable espèce. » raconte le doctorant Dennis Voeten.

L’Halszakaraptor fait partie de l’embranchement des Thérapodes, au même titre que le Velociraptor et le Tyrannosaurus rex.

Crédits ESRF / LUKAS PANZARIN