HAMR-E, le robot de Harvard qui voit le monde à l’envers

Des chercheurs de l’Université de Harvard ont créé un micro-robot ambulatoire à électro-adhérence (HAMR-E). Il s’agit d’un minuscule robot capable d’explorer de petits espaces.

Grâce à ses pieds électro-adhésifs, ce micro-robot peut même aller dans des endroits très profonds et très petits, c’est-à-dire, impossible à atteindre pour les humains, et ce, même à l’envers. Les scientifiques ont développé ce minuscule robot en réponse à un défi lancé par Rolls-Royce.

L’utilité d’une telle invention est simple : si les chercheurs parviennent à faire transporter des caméras et outils à cette petite machine, il ne sera plus nécessaire de démonter les appareils complexes, à l’instar des moteurs à réaction de Rolls-Royce, pour les inspecter et/ou réparer. De même, HAMR-E peut explorer les espaces à l’envers à condition que la surface soit conductrice d’électricité.

Pour les chercheurs, ce micro-robot a énormément de potentiel et d’utilité.

Un robot avec quatre pattes rotatives

Les pieds du HAMR-E sont constitués de polyimide, c’est une électrode en cuivre isolée qui génère des forces électrostatiques entre la surface conductrice et les coussinets « collants » du micro-robot.

Ce dernier est également capable de se déplacer à l’envers. Trois de ses pieds s’attachent à la surface pour l’empêcher de glisser tandis que son quatrième pied va à l’avant pour se fixer plus loin.

Cette démarche particulière entraîne une rotation des pattes du robot. Les scientifiques ont ainsi créé des articulations de cheville imaginées à partir d’origami. Des couches de polyimide et de fibre de verre sont pliées dans une structure et permettent aux chevilles du robot de tourner librement et de s’adapter aux surfaces qu’il explore.

Une invention utile aux ingénieurs

Pour le moment, les chercheurs s’affairent à trouver un moyen d’éviter au mini-robot de perdre son équilibre et de tomber.

Ils sont aussi en train de travailler sur le moyen de faire marcher le HAMR-E sur les surfaces non-conductrices.

Robert Wood, co-auteur du projet, a déclaré que HAMR-E est la preuve la plus convaincante que concevoir un robot d’escalade centimétrique est possible et que de tels robots pourront, à l’avenir, être utilisés pour explorer diverses infrastructures comme des tuyaux, des moteurs, des générateurs et plus encore.

Il déclare aussi que cette invention est un effort des scientifiques universitaires et industriels de développer des technologies et produits innovants qui vont aider à résoudre les problèmes auxquels les ingénieurs peuvent être confrontés au quotidien.

Mots-clés robotiquerobots