Hayabusa 2 a effectué une nouvelle plongée vers Ryugu

En 2010, la sonde Hayabusa de l’agence spatiale japonaise JAXA (Japan Aerospace Exploration Agency) était rentrée avec des échantillons d’un astéroïde. Aujourd’hui, le vaisseau a un successeur qui a été baptisé Hayabusa 2. Il y a quelques mois, l’explorateur spatial a lancé un « impacteur » sur l’astéroïde Ryugu.

Le but a été de créer un cratère à sa surface et faire resurgir les matériaux qui n’ont jamais été exposés à l’atmosphère.

Simulateur astéroïdes

Crédits Pixabay

Le premier toucher a été effectué en février dernier. Plus récemment, la JAXA a annoncé une nouvelle descente vers Ryugu, situé à 340 millions de kilomètres de la Terre. L’opération a été couronnée de succès le 11 juillet dernier. La sonde a réussi son second touchdown sur l’astéroïde d’environ 875 mètres de diamètre.

Hayabusa 2 a donc atterri sur la surface de l’astéroïde, sur un endroit situé à une vingtaine de mètres du centre du cratère.

Une opération complexe et risquée

« À 9h58, nous avons pris la décision « Go » pour le second toucher de la sonde Hayabusa 2 », a déclaré la JAXA dans un communiqué.

« Il s’agit du deuxième toucher, mais le toucher est un défi, que ce soit le premier ou le deuxième », a souligné Yuichi Tsuda, responsable du projet Hayabusa 2, avant l’opération.

« L’atterrissage est un succès, un grand succès », a déclaré Takashi Kubota, directeur du programme, jeudi dernier, après l’atterrissage.

Ce dernier n’a pas été sans risques. Comme lors du premier toucher, les ingénieurs ont pu éviter différents obstacles. La moindre erreur aurait pu signifier la destruction ou la perte du matériel.

Des matériaux extrêmement attrayants

Le retour de Hayabusa 2 sur Terre est prévu pour l’année prochaine. Il devrait apporter de précieux échantillons des matières éjectées de l’explosion.

« Nous pensons que la sonde a collecté quelque chose, mais nous ne pouvons par le dire avec certitude tant que la capsule de la sonde n’est pas rentrée sur Terre », a précisé Takashi Kubota.

Hayabusa 2 est équipée de panneaux solaires qui lui permettent de se ressourcer en énergie. La sonde est faite de matériaux de pointe. La mission, dont le coût s’élève à environ 30 milliards de yens (270 millions de dollars), a été lancée en décembre 2014.

Les responsables de la mission sont persuadés que les matériaux les plus intéressants sont actuellement près de l’impact. « Je suis vraiment impatient d’analyser ces matériaux », a déclaré Makoto Yoshikawa, le directeur de la mission.

Les chercheurs estiment que Rugyu a approximativement le même âge que le système solaire. Par conséquent, les données recueillies devraient apporter de précieuses informations sur les astéroïdes et l’histoire de l’univers.

Mots-clés hayabusa 2jaxaryugu