Héracléion : la cité engloutie d’Egypte n’avait visiblement pas révélée tous ses secrets

Une équipe d’archéologues a découvert les vestiges d’un temple dans les villes englouties d’Héracléion et de Canopus, au large des côtes du delta du Nil. Munis d’un scanner sophistiqué, les scientifiques ont dû y plonger régulièrement durant environ deux mois. L’équipe était composée de chercheurs égyptiens et européens.

Des navires et d’innombrables anciens trésors d’une valeur inestimable ont été trouvés à l’intérieur du temple.

Crédits Pixabay

En 2000, un archéologue à la recherche d’un navire de guerre français était accidentellement tombé sur Héracléion, aussi connue sous le nom de Thonis, et ses trésors perdus. Franck Goddio a ensuite dirigé une nouvelle équipe de plongeurs pour approfondir les recherches. Il lui a fallu quatre ans pour cartographier la cité submergée.

« La dernière plongée a permis de découvrir le temple principal de la ville, les restes d’un temple grec, d’anciennes colonnes, des pièces de bronze du règne du roi Ptolémée II (entre 283 et 246 av. J.-C.), et de vieilles poteries du 3e et 4e siècle av. J.-C. », a déclaré Goddio.

Victime de catastrophes écologiques ?

La ville aurait glissé dans la mer un millénaire après sa construction, il y a 1200 ans. Les scientifiques supposent que l’élévation progressive du niveau de la mer et l’effondrement soudain des sédiments ont fait couler la région entière d’environ trois mètres et demi. Jusqu’à sa découverte, la cité, située sous les eaux de la baie d’Abu Qir, est restée intacte.

« L’île centrale s’affaissait sous le poids des bâtiments, et a  succombé à la liquéfaction après une inondation. Le sol argileux s’est transformé en liquide en quelques instants et toute la ville s’est écroulée dans la mer. Sa mémoire s’est effacée avec le temps. Le seul témoignage de son existence est resté dans d’anciens textes », a publié The Guardian.

D’anciennes villes sophistiquées

Une récente fouille archéologique a révélé l’existence de Canopus, une autre ville engloutie tout près d’Héracléion. L’équipe y a trouvé des restes de plusieurs bâtiments, de navires, ainsi qu’une carte d’extension de la ville et de création de nouveaux ports. À l’intérieur des épaves se trouvaient des vaisselles et des pièces de monnaie.

« Au fil des ans, on a découvert que le temple principal englouti d’Amon-Gerb contenait des trésors comme des dizaines de sarcophages, des statues géantes de pharaons, un sphinx, des centaines de dieux et déesses, 64 navires anciens, 700 ancres, etc. », a récemment publié News Night.

L’Égypte a tenu à partager des informations à propos de ces découvertes afin d’attirer les touristes. Avant, l’Héracléion n’était qu’une célèbre légende, tout comme l’Atlantide. Aujourd’hui, il n’y a plus aucun doute que la cité existait vraiment et abritait le temple où Cléopâtre fut inaugurée.

Les habitants de Thonis-Heracleion auraient eu une maitrise de certaines techniques avancées de navigation et de commerce. Ils auraient mené un mode de vie urbanisé.

Mots-clés archéologie