Hillary Clinton aurait-elle perdu les élections à cause des extraterrestres ?

John Podesta, l’ancien directeur de campagne de la candidate Hillary Clinton, a été invité à prendre la parole à l’occasion du premier épisode de la nouvelle saison de Ancient Aliens. Il est revenu sur la volonté de sa candidate de déclassifier tous les documents relatifs aux observations d’OVNIS, pour le plus grand bonheur de certains complotistes.

John David Podesta est né à la fin des années 40 à Chicago et il est une des figures politiques du Parti démocrate.

ET Hawking

Après avoir occupé le poste de Chef de cabinet de la Maison-Blanche pendant trois ans à la fin des années 90, l’homme est devenu le conseiller spécial de Barack Obama en 2014.

John Podesta, un homme politique aux multiples talents

Par la suite, il a également été chargé par son parti de s’occuper de la campagne électorale de Hillary Clinton en 2016 et il a été la cible d’une campagne de phishing orchestrée par des hackers, une campagne visant son compte Gmail personnel.

L’attaque a porté ses fruits et l’ensemble de ses courriels ont été piratés et publiés sur la toile par Wikileaks. L’affaire avait fait beaucoup de bruit à l’époque et elle a notamment débouché sur la publication d’une correspondance entretenue entre l’homme politique et un astronaute du nom d’Edgar Mitchell, correspondance durant laquelle Podesta a indiqué que son plus grand échec avait été de ne pas permettre la divulgation de tous les dossiers relatifs aux observations d’OVNIS.

Ancient Aliens, de son côté, est une série documentaire assez ancienne diffusée depuis 2009 sur la chaîne History Channel. Elle compte pas moins de treize saisons différentes et elle traite principalement de la théorie des anciens astronautes en se basant sur d’anciens textes ou sur les récits de nombreux spécialistes mondiaux. Très populaire aux États-Unis, l’émission s’est également exportée au Québec et en France. Elle a en effet été diffusée pendant plusieurs années sur RMC Découverte avant d’être reprise sur la chaîne numéro 23.

Pour le premier épisode de la treizième saison de la série, Ancient Aliens a donc invité John Podesta à répondre à quelques questions. Contre toute attente, l’homme a accepté la proposition et il a donc accordé une longue entrevue aux présentateurs de l’émission.

Ancient Aliens, une treizième saison qui démarre fort

Après avoir fait un point rapide sur sa carrière, Podesta est revenu sur les années passées à travailler pour l’administration Clinton et il a notamment révélé avoir été l’un des initiateurs d’une initiative visant à déclasser environ un milliard (?!) de pages de documents consacrés à la délicate question des OVNIS. Loin d’en rester là, il est également revenu sur plusieurs rapports rédigés à la suite de crashs et il a en plus laissé entendre que certains polymères avaient été découverts sur les sites d’accidents.

Encore plus étrange, l’homme a également fait allusion à des matériaux étrangers découverts sur ces mêmes sites, des matériaux censés être en possession de Robert Bigelow.

Si ce nom ne vous est pas tout à fait inconnu, c’est bien normal, puisque ce dernier a occupé entre 2008 et 2011 le poste de directeur de la cellule secrète montée par le Pentagone pour enquêter sur les récits de phénomènes inexpliqués.

Ce n’est cependant pas la seule corde à son arc puisque l’homme d’affaires a également fait fortune dans le domaine de l’immobilier, une fortune utilisée ensuite pour fonder une entreprise spécialisée dans tout ce qui touche de près ou de loin à l’aérospatial : Bigelow Aerospace. Plus intéressant encore, cette dernière travaille en étroite collaboration avec la NASA et elle a notamment conçu des modules habitables pour l’ISS, des modules dont le premier prototype est actuellement en cours de test sur la station.

Des liens étroits avec Robert Bigelow

Toutefois, Robert Bigelow est aussi connu pour ses avis tranchés en matière de vie extraterrestre et il a ainsi déclaré à plusieurs reprises être convaincu de l’existence d’une espèce intelligente, une espèce vivant parmi nous.

Il avait d’ailleurs été invité par 60 Minutes à répondre à quelques questions sur le sujet l’année dernière.

John Podesta n’en est pas resté là cependant et il est ainsi revenu durant cette interview sur la campagne menée par Hillary Clinton et plus précisément sur la position de cette dernière à l’égard des dossiers classifiés en rapport avec les observations d’OVNIS.

Il a ainsi profité de l’occasion pour rappeler que la secrétaire était très intéressée par le sujet et qu’elle avait prévu de demander un examen plus complet au sujet du processus de déclassification en vue de rendre publics certains dossiers confidentiels.

Ces déclarations ne sont évidemment pas passées inaperçues et elles ont ainsi donné lieu à de vives discussions dans la communauté ufologique et dans certains groupes complotistes. Certains ont en effet avancé que c’était peut-être la raison pour laquelle Hillary Clinton avait perdu les dernières élections présidentielles.

Une interview qui fait beaucoup jaser dans certaines sphères

D’après les partisans de cette théorie, la CIA et les autres agences n’auraient effectivement pas vu l’initiative d’un bon œil et elles auraient donc œuvré pour bloquer la candidate et l’empêcher d’accéder au poste suprême.

En soi, cette théorie semble plutôt séduisante, mais il faut tout de même rappeler que Barack Obama avait poussé la CIA à déclassifier pas moins de treize millions de documents, des documents dont beaucoup traitaient précisément de la question extraterrestre.

Jason Colavito, un spécialiste du debunking, a été pour sa part très surpris de voir Podesta accepter de se plier à cette interview, et encore plus de le voir parler avec enthousiasme du travail entrepris par Tom DeLonge avec son association To The Stars.

Une association qui a récemment recruté un certain Luis Elizondo, un ancien responsable de la cellule dirigée à l’époque par… Robert Bigelow. Dans son article, l’expert s’interroge ainsi sur les liens entretenus entre l’ancien conseiller et tous les acteurs évoqués durant son entrevue.

Podesta, de son côté, ne semble pas voir le problème puisqu’il n’a pas manqué de faire la publicité de l’émission sur son compte Twitter personnel avant sa diffusion sur History Channel.