Hiroshima : la bombe a laissé derrière elle des minéraux uniques

Un géologue retraité du nom de Mario Wannier a accidentellement trouvé des minéraux étranges sur une plage de la ville d’Hiroshima. Aidé par une équipe de chercheurs de l’UC Berkeley, il a essayé d’étudier les minuscules particules de verre aérodynamiques et les éléments qui les composent. D’après la conclusion des chercheurs, ces verres ont été forgés à des chaleurs extrêmes, forcément supérieures à 3 300 degrés Fahrenheit.

À titre de rappel, la ville est surtout connue pour avoir été bombardée lors de la Seconde Guerre mondiale.

USA nucléaire

Crédits Pixabay

La bombe atomique américaine qui a été larguée sur la ville, le 6 août 1945, était nommée « Little Boy ». Elle a créé une boule de feu atteignant 17 millions de degrés Fahrenheit qui a anéanti une majeure partie de la ville japonaise.

Les chercheurs pensent que ces verres se seraient formés à la suite de cet événement historique. Les résultats de l’étude ont été publiés lundi dans Anthropocene.

Une grande variété de composants étranges

« Elles sont généralement aérodynamiques, vitreuses et arrondies. Ces particules m’ont immédiatement rappelé certaines particules [arrondies] que j’avais vues dans des échantillons de sédiments de la limite Crétacé-Tertiaire », a déclaré Wannier dans un entretien avec UC Berkeley.

En examinant de près les échantillons, les chercheurs ont constaté que de nombreux composants étranges se sont incrustés dans le silicium qui les constitue. Certains ne comportaient que de l’oxygène et du carbone. Par contre, d’autres échantillons comportaient de l’aluminium, du calcium, du chrome riche en fer, des structures cristallines, du caoutchouc, de l’acier inoxydable, du béton et du marbre. Ces matériaux étaient courants à Hiroshima avant le bombardement.

Une pluie de verres aérodynamiques

En outre, les experts ont également remarqué la présence de cristaux d’anorthite et de mullite dans les particules de verre. Or, ce sont des minéraux de terres rares qui indiquent généralement un impact de météorite ou de volcan. En effet, l’anorthite se forme lorsque la lave se refroidit.  Par ailleurs, c’est le silicium chauffé à une chaleur extrême qui donne la mullite.

Ainsi, selon l’explication de l’équipe, au moment où « Little boy » vaporisa la ville, la matière physique et les particules du sol de la ville se sont répandues dans l’air, à une altitude élevée, et sous une chaleur extrême. Ensuite, les « Hiroshimaites » pleuvaient sous la forme de verres. Le refroidissement lors de la descente qui expliquerait leur forme aérodynamique.

Mots-clés hiroshima