Clicky

Huawei aurait un OS maison sous la main s’il lui fallait quitter Android

Huawei aurait sous la main un système d’exploitation maison prêt à être déployé en cas de problème avec Android. C’est du moins ce que l’on apprend d’Engadget et de certaines sources chinoises, qui pointent que le géant de Shenzhen aurait été prévoyant en développant son propre OS dès 2012. Une police d’assurance qui lui permettrait – en dernier recours – de ne pas rester sans système s’il était contraint d’abandonner Android.

Il faut dire que les firmes chinoises de téléphonie mobile n’ont pas forcément la côte aux États-Unis. Huawei fait donc de son mieux pour être en mesure de parer à toute éventualité si les mesures prises à son encontre par les organismes de régulation américains venaient à se durcir sur le long terme.

Selon certaines indiscrétions chinoises, Huawei aurait conçu un système d’exploitation maison dans le cas où il lui faudrait quitter Android. Un plan B à n’utiliser qu’en cas d’extrême nécessité.

Il y a d’ailleurs des précédents. Comme le rappelle Engadget, la marque chinoise ZTE subit actuellement les foudres de Washington, qui vient de renouveler les sanctions lui bloquant l’accès aux composants d’origine américaine (notamment les puces Qualcomm), ainsi que le droit d’utiliser Android pendant 7 ans. Une situation qui pourrait sonner le glas de ZTE et que Huawei souhaite naturellement éviter à tout prix.

Se passer d’Android pour un OS maison : une alternative bancale

Bien sûr, devoir faire sans Android sur un marché aussi binaire que celui du smartphone (qui s’articule depuis quelques années atours, uniquement ou presque, de l’OS mobile de Google et d’iOS) serait une idée scabreuse d’un point de vue commercial. Huawei en aurait visiblement conscience puisque cette mesure ne serait adoptée que « dans le pire des scénarios« , apprend-on des insiders chinois qui font remonter l’info jusqu’à nous.

L’OS conçu par la firme serait d’ailleurs très loin des standards de qualité d’Android et ne profiterait pas d’un catalogue d’application aussi fourni (ce qui parait logique). Il ferait donc office de roue de secours dans le cas d’une perte de licence Android, permettant à Huawei de ne pas voir ses ventes intégralement paralysées par l’absence d’OS sur ses différents mobiles.

Perdre la licence Android forcerait la marque à faire migrer ses smartphones et tout particulièrement ses flagships, dont les récents P20 et P20 Pro, sous cet obscur OS maison. Une option dont les utilisateurs chinois pourraient éventuellement s’accommoder (certaines fonctions d’Android sont de toute façon bloquées en Chine), mais qui ferait clairement beaucoup de tort à Huawei en occident.

À noter que la situation de Huawei semble tout de même assez délicate. Si le gouvernement américain a renouvelé ses sanctions à l’encontre de ZTE, c’est parce que la firme a réalisé de fausses déclarations pour exporter ses mobiles en Iran et en Corée du Nord (deux pays sous le coup d’un embargo). Problème : Huawei est également accusé d’avoir vendu des téléphones en Iran…

Nathan

Breton (presque) pure souche, Nathan est un nerd mordu d'Histoire avec un grand H et de Rock avec un grand R. Selon lui, en matière de musique, plus c'est vieux... mieux c'est.