Clicky

Huawei lorgne sur le milieu de gamme avec le Kirin 660

Qualcomm a beau être le principal fournisseur de puces ARM pour smartphone, Huawei affiche sans complexe son ambition de le concurrencer. Sur le haut de gamme, le Kirin 960 qui équipera le Huawei Mate 9 n’a pas à rougir face au Snapdragon 820. En marge, la marque chinoise livre également une bataille frontale contre la firme de San Diego sur les puces positionnées sur le milieu de gamme.

Si les principaux acteurs de la téléphonie mobile se ruent vers les terminaux premium, il n’en reste pas moins que le milieu de gamme demeure un marché lucratif et Huawei compte bien s’y imposer.

Kirin 660

HiSilicon serait en train de travailler sur une puce milieu de gamme très musclée.

Si l’attention est focalisée sur le lancement officiel du nouveau flagship de Huawei, elle pourrait créer la sensation avec le Kirin 660 le 3 novembre prochain.

Kirin 660 vs Snapdragon 653

Si Qualcomm a enchaîné les annonces dernièrement avec le Snapdragon 820 et le Snapdragon 820, le fondeur a aussi récemment levé le voile sur une autre puce positionnée cette fois sur le milieu de gamme, en l’occurrence le Snapdragon 653.

Une puce assez prometteuse au demeurant. Les performances devraient augmenter de 10 % par rapport à la génération précédente et elle devrait supporter un maximum de 8 Go de mémoire vive tout en embarquant un modem X9 compatible avec la 4G de catégorie 7. Il serait aussi question d’une compatibilité avec le Quick Charges 3.0 et avec les modules de photo double.

De son côté, HiSilicon, une filiale de Huawei, peaufine tranquillement le Kirin 660 pour être plus performant et robuste que son rival. Les mobinautes devraient en effet avoir droit à une puce assez musclée avec des Cortex A73 cadencés à 2,2 GHz, des Cortex A53 cadencés à 1,8 GHz, un GPU Mali G71 MP4 mais aussi la 4G+.

La liste impressionne, bien sûr, et il est à noter qu’à ce jour, le Mali G71 MP4 est un des GPU les plus puissants du marché.

Un marché à fort potentiel

Si Qualcomm se montre peu actif sur les ARM milieu de gamme, c’est peut-être en partie parce que ses plus gros clients ne commandent que des puces premium. Huawei compte bien profiter d’une telle situation, d’autant plus que le segment du milieu de gamme représente un chiffre d’affaires potentiellement rentable.

En termes de nombre de vente, les smartphones milieu de gamme dépassent largement ceux des haut de gamme. En concurrençant Qualcomm sur ces deux fronts avec des produits compétitifs, Huawei peut changer de dimension.

Pour parvenir à ses fins donc, Huawei avance la carte de la performance pour devancer Qualcomm sur les puces moyen de gamme. Ceci étant dit, la bataille est loin d’être gagnée aussi bien pour l’un que pour l’autre…