Huawei : l’Allemagne veut poursuivre ses investigations avant de prendre une décision

L’Allemagne veut poursuivre son enquête auprès des opérateurs et fournisseurs de télécommunications avant de décider s’il acceptera ou non de laisser les entreprises chinoises, comme Huawei, participer à la construction de ses réseaux mobiles 5G.

Une source proche du gouvernement estime qu’aucune décision ne sera prise dans les deux prochaines semaines. Les ministres ont effectivement étudié la question de collaborer ou non avec les sociétés chinoises après que les États-Unis aient vigoureusement appelé ses alliés européens à interdire les équipements de réseaux des entreprises chinoises sur leur territoire.

Et ce, pour des raisons de sécurité nationale.

Dans ce contexte, certains membres du gouvernement et acteurs économiques souhaitent comprendre les tenants et aboutissants de la technologie 5G avant de commencer à installer les infrastructures de réseaux. De plus, selon la même source, les responsables ont encore beaucoup à faire pour définir les coûts, déterminer la faisabilité et les mesures de sécurité nécessaires à de telles infrastructures.

L’Allemagne exige des garanties de Huawei

La chancelière fédérale, Angela Merkel, a exigé de Huawei qu’il fournisse des garanties à l’Allemagne de ne transmettre aucune donnée à la Chine. Une condition sine qua non à laquelle l’entreprise chinoise devra adhérer avant de pouvoir espérer participer à la construction des infrastructures de réseaux 5G de l’Allemagne.

Rappelons que les débits offerts par la technologie 5G ouvrent le champ des possibles. Grâce à la technologie, il est ainsi tout à fait envisageable l’interconnecter des infrastructures et des véhicules pour leur permettre d’échanger des informations en un instant.

En parallèle, c’est aussi la raison pour laquelle les rumeurs d’espionnage entourant Huawei sont autant prises au sérieux par les gouvernements.

L’Allemagne est dans une position délicate

Huawei est le leader actuel du marché des réseaux, avec un chiffre d’affaires annuel dépassant les 100 milliards de dollars. Toutefois, il fait l’objet d’une surveillance internationale à cause de ses relations avec le gouvernement chinois et les suspicions d’espionnage pour le compte de la Chine, qui pèsent actuellement contre lui.

En effet, le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo, a envoyé un message très clair le lundi 11 février 2019 à Budapest dans lequel il avertissait les alliés européens des États-Unis de ne pas s’associer avec les entreprises chinoises comme Huawei, à défaut de quoi le gouvernement américain serait contraint de remettre en question leur alliance.

Notons toutefois qu’actuellement, trois opérateurs de télécommunications allemands utilisent les équipements Huawei sur leurs réseaux. Il s’agit de Vodafone, Deutsche Telekom et Telefonica Deutschland. Ces derniers ont déclaré que le fait de restreindre le choix de leurs fournisseurs leur serait coûteux.

Mots-clés huawei