Huawei va pouvoir retravailler avec les entreprises américaines… avec des limites

La guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis a eu des répercussions désastreuses sur le marché de la technologie. Après que le géant de la télécommunication chinois, Huawei, ait été placé sur liste noire, plusieurs entreprises américaines ont été contraintes de couper toute collaboration avec lui, ce qui leur a fait perdre une importante part de leur chiffre d’affaires.

La sécurité nationale est la raison première qui a poussé les États-Unis à placer Huawei dans cette fameuse liste noire, lui interdisant alors toute possibilité de faire appel aux services des firmes américaines, telles que Google, Intel… La tendance semble cependant sur le point de changer, car la possibilité pour les sociétés US de lui vendre certains produits et services a été avancée.

Créditw Wiki

Néanmoins cette décision, bien que satisfaisante pour les entreprises de technologies américaines, porte également à confusion sur les nouvelles politiques mises en vigueur.

Un remaniement des restrictions concernant Huawei

Les États-Unis font face à un dilemme entre l’envie d’interdire toutes transactions commerciales avec Huawei et le besoin des entreprises américaines de vendre leurs produits au géant de la technologie.

Il a finalement été décidé que le décret concernant les échanges commerciaux entre le pays de l’Oncle Sam et Huawei Technologies imposera des limitations strictes. Le gouvernement américain reste en effet sensible aux impacts négatifs potentiels d’une extension de cette restriction.

Un assouplissement du côté des licences conférées à la vente de composants populaires en termes de technologie a donc été mis en place. La décision reste toutefois ferme quant à l’interdiction d’effectuer des transactions commerciales avec Huawei sur les composants liés au réseau 5G. Il en va également de même quant à l’achat de produits provenant de la firme.

Les limites de cette liberté

Mettant en avant le souci de préserver la sécurité nationale, le gouvernement américain va imposer des limites quant aux possibilités des agissements de Huawei sur le territoire.

Rappelons que la firme dispose déjà de nombreux réseaux aux États-Unis. La licence provisoire, délivrée par le Département du commerce américain, lui servira donc surtout à s’approvisionner uniquement en matériels pouvant servir à l’entretien et à la mise à jour des produits Huawei déjà mis en place.

À noter que cette licence provisoire conférée à Huawei prendra fin le 19 août prochain. D’ici là, les firmes américaines qui dépendent des collaborations avec le géant chinois devront trouver une solution, dans le cas ou le gouvernement changeait à nouveau d’avis et décidait de couper totalement les ponts avec Huawei.

Mots-clés huawei