Hubble a capturé la désintégration d’un astéroïde

Un astéroïde baptisé 6478 Gault, découvert en 1988, intrigue actuellement les astronomes du monde entier. L’objet céleste semblait banal jusqu’à ce que les télescopes ATLAS de l’Université d’Hawaii et de la NASA, dans les îles Hawaii, y détectent du mouvement, le 5 janvier 2019. En effet, les images ont montré que le corps dégageait des débris, comme une comète. Selon les astronomes, cela indique qu’il est en train de s’autodétruire.

En fouillant dans les archives, les chercheurs ont constaté que l’astéroïde, large de 4 à 9 kilomètres, avait deux queues.

asteroide

Crédits NASA/ESA

Le télescope spatial Hubble de la NASA et de l’ESA a récemment pu capturer des images plus nettes de l’astéroïde actif et autodestructeur. Celles-ci ont permis à l’équipe internationale d’en savoir plus sur la datation et la composition des débris.

Les scientifiques ont conclu que les deux événements à l’origine de ces traînées de débris se sont respectivement produits vers le 28 octobre et le 30 décembre 2018.

Un processus d’autodestruction rare

D’après les résultats de l’étude, Gault est en train de se désintégrer par un processus appelé « couple YORP ». Selon les estimations, ce phénomène relativement rare n’a lieu qu’environ une fois par an, alors que la ceinture d’astéroïdes entre Mars et Jupiter comporte 800 000 astéroïdes connus. « Cet événement d’autodestruction est rare », a noté Olivier Hainaut, de l’Observatoire européen du Sud, en Allemagne.

Le YORP se produit lorsque le soleil chauffe un astéroïde. Un rayonnement infrarouge s’échappe de la surface exposée. Celui-ci dégage de la chaleur et produit du mouvement. L’énergie produite fera en sorte que l’astéroïde tourne de plus en plus vite. Si cette force devient plus intense que celle de la gravité, l’objet devient instable et laisse une traînée de débris dans l’espace.

En outre, cette prouesse n’aurait pu avoir lieu sans Hubble et les dernières avancées technologiques. « Les astéroïdes actifs et instables tels que Gault ne sont détectés que maintenant grâce à de nouveaux télescopes de levé qui balayent tout le ciel, ce qui signifie que les astéroïdes tels que Gault, qui ne se comportent pas bien, ne peuvent plus échapper à la détection », a souligné le chercheur.

Un effet Yorp à l’origine du phénomène ?

Grâce à d’autres observations effectuées à travers des télescopes au sol, les chercheurs ont déduit que Gault achève sa rotation en deux heures.

« Gault est le meilleur exemple de « pistolet fumant » d’un rotateur rapide à la limite de deux heures », a expliqué Jan Kleyna, de l’Université d’Hawaii, États-Unis, qui a mené l’étude. « Il aurait pu être au bord de l’instabilité pendant 10 millions d’années. Même une toute petite perturbation, comme un léger impact d’un caillou, pourrait avoir déclenché les récents déchaînements. »

En poursuivant leurs recherches, les scientifiques pourraient en savoir plus sur l’histoire des astéroïdes et des planètes.

Les résultats de l’étude ont été publiés dans The Astrophysical Journal Letters.