Hubble a découvert une galaxie cannibale dans une constellation lointaine

Hubble a pris des centaines de photos depuis sa mise en service et certaines d’entre elles ont considérablement marqué l’histoire de l’astronomie. Il en va de même pour cette nouvelle image car elle présente un phénomène extrêmement rare : une galaxie cannibale. Rassurez-vous cependant car cette dernière se trouve assez loin de chez nous.

Il existe des millions de galaxies à travers l’univers et nous sommes évidemment loin de toutes les connaître. NGC 4111 se trouve dans la constellation des Chiens de chasse, à environ 50 années-lumière de la Terre.

Galaxie Cannibale

Cette galaxie se serait nourrit d’une autre galaxie. Lugubre.

Cette constellation a été évoquée pour la toute première fois par Johannes Hevelius en 1687 et elle se situe à proximité de la Grande Ourse.

NGC 4111 est une galaxie lenticulaire et elle a dévoré une de ses voisines

Il ne s’agit pas d’une constellation très remarquable car ses étoiles ne sont pas très brillantes. Cela n’a cependant pas empêché Hubble de braquer ses capteurs dans sa direction et il a visiblement eu raison de le faire car il est parvenu à photographier une galaxie lenticulaire.

Contrairement aux idées reçues, toutes les galaxies ne se ressemblent pas forcément et les astronomes les classifient ainsi en plusieurs catégories, en plusieurs familles.

Les galaxies lenticulaires comportent des disques sans bras spiraux bien définis et elles se situent ainsi à mi chemin entre une galaxie elliptique et une galaxie spirale.

Mais voilà, ce n’est pas la seule particularité de NGC 4111 car cette galaxie a aussi absorbé une galaxie naine située à proximité de sa position suite à une collision.

Car en effet, les galaxies peuvent aussi se rentrer dedans et en réalité ces phénomènes sont assez courants. Toutefois, les astronomes savent encore peu de choses à leur sujet et ils ignorent notamment les conséquences de ces collisions. Pour le moment du moins.

Rappelons au passage que Hubble est le fruit de la collaboration de la NASA et de l’ESA. Il est opérationnel depuis le début des années 90 et il comporte de nombreux instruments afin d’observer et de capturer ce qui se passe autour de nous, dans l’univers.

Le télescope est notamment équipé de plusieurs imageurs et de spectroscopes capables de travailler dans l’infrarouge et l’ultraviolet. L’agence spatiale américaine lancera d’ailleurs un autre télescope en 2018 pour prendre sa relève : James-Webb.