Hurtigruten veut utiliser des déchets de poissons comme carburant pour ses navires de croisière

Hurtigruten, la compagnie de croisières norvégienne, espère atteindre son objectif de neutralité carbone dans trente ans. Elle utilisera les déchets de poissons, particulièrement abondants en Norvège, pour propulser ses navires. La méthode a été prouvée scientifiquement et s’avère être efficace, car l’industrie de pêche produit suffisamment de déchets pour générer du « biogaz liquide ».

Rune Thomas Ege, le porte-parole de la compagnie a déclaré que « le premier navire de croisière alimenté au biogaz liquide serait prêt à partir de l’année prochaine ». Avec une flotte de dix-sept unités, Hurtigruten souhaite équiper au moins six de ses navires de moteurs alimentés au gaz naturel liquéfié, et équipés de batteries de stockage d’électricité.

Crédits Pixabay

Une étude a démontré qu’un navire de croisière émet, chaque jour, autant de particules fines qu’un million de voitures. Le secteur maritime est d’ailleurs très critiqué pour ses effets néfastes sur le climat et sur la qualité de l’air.

Quand le problème devient la ressource et la solution

Le biogaz liquide est un mélange de déchets de poisson et d’autres résidus organiques, comme le bois et les copeaux de bois. La décomposition de ces éléments dans un endroit sans oxygène donne une synthèse de différents gaz, comme le méthane et de dioxyde de carbone. Ce produit sera ensuite purifié, liquéfié et transformé en carburant utilisable. Désormais, les restes de poissons ne seront plus jetés, mais réutilisés.

« Ce que d’autres considèrent comme un problème est pour nous une ressource et une solution », a déclaré le directeur général de la compagnie, Daniel Skjeldam. « En utilisant le biogaz, Hurtigruten sera la première entreprise à alimenter des navires en carburant sans combustibles fossiles. »

Cependant l’utilisation du biogaz liquide présente des inconvénients. Tout d’abord, le processus de création dégage une odeur insoutenable. Le fait est que le mélange contient de petites quantités d’hydrogène sulfuré sentant comme des œufs pourris. Par ailleurs, sa fabrication n’est pas complètement bio. Il faut toujours créer le dioxyde de carbone, mais en petites quantités par rapport aux autres méthodes de production de carburant.

Zéro émission dans le secteur maritime

Hurtigruten, âgée de cent vingt-cinq ans, est à présent « la plus grande compagnie de croisières d’expédition au monde ». Elle servira surement de modèle à d’autres qui suivront dans leur sillage.

En Norvège, les bus roulent déjà au biogaz. Le pays dispose de puissantes industries piscicoles et forestières qui produisant d’importants volumes de déchets organiques. Le pays imposera, bientôt, le « zéro émission » aux navires et ferries traversant les fjords qui font d’ailleurs partie du patrimoine mondial par l’Unesco.

Mots-clés écologieinsolite