Clicky

Hypatia, la pierre extraterrestre qui fascine les scientifiques

Hypatia n’est pas une pierre tout à fait comme les autres. Elle est en effet d’origine extraterrestre et ses composés chimiques ne seraient même plus présents dans notre système.

Hypatia a été découverte au milieu des années 90 dans le désert Libyque, un désert s’étendant sur environ sept cent mille kilomètres-carrés entre la partie ouest de l’Égypte, la partie est de la Libye et le nord-ouest du Soudan. Relativement compacte, la pierre pèse une trentaine de grammes et elle ressemble finalement à n’importe quel caillou.

Météorites Iran

Des scientifiques russes se sont rendus en Iran pour rechercher des météorites.

Toutefois, en 2013, des chercheurs ont découvert des composés chimiques absents de notre planète. Ils ont alors réalisé que cette pierre était en réalité le fragment d’une météorite.

Hypatia, une pierre énigmatique

Le plus intéressant reste cependant à venir. D’après les analyses faites à l’époque, Hypatia serait âgée de 28 millions d’années et elle serait donc le plus ancien fragment de météorite retrouvé sur la Terre.

En analysant le minéral, un géologue de l’Université de Johannesburg en Afrique du Sud avait ainsi trouvé des valeurs correspondant aux matériaux présolaires et donc aux matériaux antérieurs à la formation de l’étoile du système solaire. Cette découverte a bien entendu propulsé Hypatia sous le feu des projecteurs et elle a donné suite à de nombreuses études poussées.

Jan Kramers, le géologue à l’origine de cette étonnante découverte, a poursuivi ses analyses durant ces dernières années afin d’obtenir la composition exacte de la pierre. Les derniers résultats de son équipe ont été publiés un peu plus tôt dans la semaine dans la revue GCA et ils confirment les analyses préliminaires de la pierre.

En temps normal, les météorites appartenant à la catégorie des Chondrites se composent d’un peu de carbone et de beaucoup de silicium, mais ces valeurs sont totalement inversées sur Hypatia. Plus étrange, les analyses ont aussi révélé la présence de composés carbonés très spécifiques et plus précisément d’hydrocarbures polyaromatique (HAP), un composé majeur de la poussière interstellaire, une poussière qui existait avant la formation du système.

Deux hypothèses pour expliquer la nature de la pierre

Compte tenu de ces découvertes, Jan Kramers et son équipe avancent deux hypothèses.

D’après la première, la pierre serait antérieure à la création du système solaire et elle serait donc plus ancienne que notre propre étoile. Cette théorie a du sens, mais elle n’est pas parfaite pour autant. En effet, la formation des objets de ce type est conditionnée par l’agrégation de la poussière interstellaire dans une nébuleuse protosolaire.

Dans ce contexte, il paraît improbable que cette météorite ait pu se former avant la naissance de notre système stellaire.

On en vient à la seconde hypothèse. Les chercheurs pensent en effet que cette pierre pourrait appartenir à une météorite extérieure à notre système. Toutefois, cela voudrait dire que la nébuleuse solaire ne se compose pas des mêmes poussières partout et cela mettrait donc en cause les modèles établis.

Pour le moment, Jan Kramers ne peut donc pas expliquer ses résultats, mais il ne compte pas en rester là et le géologue a ainsi la ferme intention de poursuivre ses analyses afin de percer le mystère d’Hypatia.

Hypatia

Share this post

Fred

Floodeur compulsif, est très actif sur Twitter ou encore sur Facebook. Sachez en outre que la Fredzone a une page sur Google+.