Hyrule Warriors, le test des batailles à grande échelle

L’année dernière est sorti The Legend of Zelda: The Wind Waker HD. S’il s’agissait bien du premier Zelda à sortir sur la Wii U, il n’avait pour autant rien d’original puisqu’il ne s’agissait ni plus ni moins que du remake de l’épisode sorti sur GameCube. Il faudra attendre 2015 pour pouvoir profiter d’un vrai jeu Zelda sur la dernière console de salon de Nintendo, mais l’attente ne se fera pas sans la franchise pour autant puisqu’on la retrouve ainsi dans Hyrule Warriors.

Hyrule Warriors qui aura su se faire attendre. Mélange entre Zelda et Dynasty Warriors, il aura en effet mis pas mal de temps à sortir. Quoiqu’il en soit, l’attente est finie et nous pouvons ainsi profiter du jeu. Et si vous hésitez, bonne nouvelle, puisque voici un test de Hyrule Warriors !

Hyrule Warriors

Link, seul contre le monde…

Le scénario de Hyrule Warriors n’est pas des plus complexes et rejoint bien celui d’un Zelda. Dans lequel on aurait un peu trop forcé sur la duplication des ennemis. Rassurez-vous, je ne vais pas m’étendre beaucoup sur l’histoire, le but n’étant pas de vous spoiler mais plutôt de vous situer un peu le contexte. Autrement dit, je ne vais évoquer que ce que vous voyez dès le début du jeu (et encore).

Dans Hyrule Warriors, Link est donc une jeune recrue au service de l’armée d’Hyrule. Un matin, Zelda se réveille en ayant fait un cauchemar, avec Impa qui la regardait dormir (le détail pas glauque du tout). La belle voit encore tout noir pour l’avenir d’Hyrule et, comme elle avait déjà visé juste dans Ocarina of Time, on est quand même bien tentés de la croire.

Et voila qu’après une petite scène où elle croise le regard de Link qui vient de défoncer ses copains d’entraînement, on découvre qu’elle avait effectivement raison.

Une horde d’ennemis débarque donc de nulle part. On le savait par le biais de plusieurs trailers, Zelda le confirme dès son entrée en scène : dans Hyrule Warriors, c’est une vraie guerrière et elle le montre dès le début en sortant, l’épée à la main, devant l’armée elle-même, prête à en découdre. Link a alors vent de ce qu’il se passe et décide d’aller aider tout ce beau monde. Le joueur (c’est nous si vous aviez un doute) prend la main à ce même moment.

Vous vous retrouvez alors à l’entrée du château d’Hyrule, avec un groupe d’ennemis qui arrive et qui ne veulent qu’une chose : buter tout le monde. Manque de bol, vous êtes compris dedans.

Ennemis d'Hyrule Warriors

Viendez vous battre si vous l’osez !

Vous allez donc devoir vous défendre, et c’est à cet instant précis que Hyrule Warriors montre une première (très) grosse qualité.

En effet, si vous êtes comme moi et que vous lancez la bataille sans aller voir du côté du tutoriel, vous risquez d’être surpris : il ne se lance pas de lui-même. Surpris, c’est le mot, car la mode est tout de même aux tutoriels qui n’en finissent pas alors, qu’on ne nous en impose aucun, c’est plutôt cool.

Bon, reste que dans tout ça, on est un peu mal barré : plusieurs dizaines (littéralement, oui) d’ennemis déferlent sur vous, dès le début, et vous ne savez même pas jouer. Fort heureusement, les commandes sont des plus simples et extrêmement intuitives et on n’a ainsi même pas besoin du tutoriel pour comprendre les bases. Plutôt cool puisqu’on peut alors défoncer tout ce qui passe.

Des dialogues sont présents durant la bataille, lisibles en bas de l’écran. Pour ne rien rater de l’histoire et savoir ce que vous avez à faire, vous devrez donc les lire, tout en cassant du méchant. Ne cherchez pas le répit, il ne viendra pas tant que la bataille ne sera pas finie.

Le Banni

On retrouve des têtes connues, et on le regrette aussitôt

On découvre alors le principe d’une bataille dans Hyrule Warriors : une carte est présente en haut à droite de l’écran, permettant de connaître à tout instant l’état du champ de bataille. Les zones en bleu sont des zones contrôlées par l’armée d’Hyrule, tandis que les autres sont celles à abattre.

Vous allez devoir mettre tout particulièrement l’accent sur ce qu’on appelle des forts : des zones où apparaissent sans cesse des membres de l’armée qui les contrôle. Vous abattez des ennemis et, au bout d’un moment, un plus gros se présente. Il vous suffira alors de l’abattre pour prendre le fort et basculer les forces : ce sont des membres de votre armée qui y apparaîtront désormais.

Prendre un grand nombre de forts est donc une bonne idée, mais ce n’est pas non plus obligatoire et il faudra donc plutôt vous concentrer sur la mission qu’on vous donne avant la bataille, ou même durant celle-ci.

… mais pas trop tout seul quand même

Dès la première mission, nous ne sommes pas seuls : Impa et Zelda elles-mêmes participent et vous aident à défoncer l’armée adverse, et il en va de même pour tous les soldats d’Hyrule, ce qui fait quand même un bon paquet de monde.

Impa sera d’ailleurs le deuxième personnage que vous pourrez jouer et, au fil des missions et des batailles gagnées, vous découvrirez toujours plus de personnages à jouer, car c’est bien là que Hyrule Warriors tranche radicalement avec le reste des jeux Zelda : les personnages qui, dans la saga, ne faisaient que soutenir Link de loin l’aident désormais à sauver le monde. Même Ruto s’y met, c’est dire.

Plusieurs modes de jeu

Ce dont je parlais jusqu’à présent ne consistait en fait qu’un seul mode de jeu, celui disponible par défaut. Après avoir gagné votre première bataille cependant, vous aurez accès à d’autres parties du jeu.

Ainsi, un mode libre vous permettra de rejouer des batailles sans altérer l’histoire principale du jeu, afin d’explorer différentes possibilités ou de vous entraîner avec un personnage donné en situation réelle par exemple.

Chose que peut également permettre le mode défi qui, comme son nom l’indique, vous proposera divers défis à relever comme défoncer 500 ennemis en cinq minutes, ce genre de choses.

Par ailleurs, un mode aventure est disponible, mode que l’on pourrait qualifier de mix entre les modes légende et défi : vous suivez une aventure parsemée de petites missions à accomplir pour pouvoir continuer.

Des objets, des améliorations, des rubis !

Si vous avez déjà joué à des Zelda, vous aurez peut-être un réflexe lors de vos premières victoires sur vos ennemis : celui d’aller ramasser les rubis libérés. Sauf que le truc cool avec Hyrule Warriors, c’est que vous n’y êtes pas obligés : les rubis se ramassent d’eux-mêmes et c’est plutôt pratique.

D’autant plus qu’avoir des rubis, c’est plutôt bien puisque ça permet d’acheter des améliorations. En ajoutant des matières premières récupérées sur les ennemis (c’est dégueulasse mais c’est comme ça), on pourra ainsi obtenir divers bonus comme l’utilisation gratuite d’une potion redonnant des cœurs ou encore des améliorations d’armes et des nouveaux combos.

Les combos. C’est un peu le bordel ça d’ailleurs : en en débloquant un nouveau, vous le verrez affiché à l’écran. C’est mignon mais, en plein combat, on se retrouve le plus souvent à appuyer frénétiquement sur les boutons en question sans trop se poser de questions. Enfin au début, tout du moins.

Viendra ensuite l’habitude de combiner les différents boutons pour lancer des attaques plus ou moins adaptées à la situation, mais retenir ces combo et plus précisément leurs effets est un gros casse-tête.

Bombes d'Hyrule Warriors

Bouffe ça, j’en ai autant que je veux !

Au fil des missions, vous découvrirez également des objets, à commencer par les bombes. Ces objets peuvent être utilisés quand bon vous semble et, surtout, ils sont disponibles à volonté, ce qui est assez jouissif, notamment lorsque vous débloquez momentanément les quelques objets surpuissants qui apparaissent parfois. Comme les bombes qui sont plus grosses que vous mais que vous arrivez tout de même à sortir de votre poche.

Et finalement ?

Hyrule Warriors est un excellent jeu et, surtout, un très bon défouloir. Vous vous lancez dans une mission et vous découvrez tout de suite, dès le début, une armée d’ennemis qui se jette sur vous, en proie à être défoncés dans la joie et l’allégresse.

Le scénario n’est pas très poussé mais reste tout de même intéressant et nous fait parcourir différents terrains, en fonction des époques et des lieux visités dans plusieurs jeux Zelda qui ont fait le succès de la saga.

Niveau jouabilité, Hyrule Warriors est très bon. Les commandes sont intuitives et on n’a pas besoin des tutoriels pour avancer dans le jeu, ce qui est plutôt bien. Cependant, le GamePad ne sera pas forcément très sollicité : là où il aurait été parfait pour afficher la carte, cette dernière se voit miniaturisée en haut de l’écran de la télévision et celui de la manette n’est ainsi pas beaucoup exploité, ce qui est bien dommage.

Dans l’ensemble, Hyrule Warriors m’a conquis et ce n’est donc pas un jeu qui dormira dans le placard. D’autant plus que la difficulté des missions est réglable et que les ennemis ne sont pas tendres avec nous, ce qui vaudra un certain nombre de défaites si on ne fait pas un minimum attention.

Mots-clés nintendotestswii u