IceCube, le télescope à neutrinos qui résoudra peut-être le mystère des FRB

Les FRB fascinent la communauté scientifique depuis plusieurs années. Pour le moment, personne n’a encore réussi à expliquer l’origine de ces sursauts radio rapides. Des chercheurs vont cependant les analyser avec un télescope à neutrinos afin de tenter de percer leurs secrets.

Un FRB se présente sous la forme d’un signal radio à la fois bref et intense. Ils durent généralement moins de 5 ms et ils sont pourtant capables de délivrer une puissance phénoménale.

FRB

Duncan R. Lorimer a été le premier à détecter un de ces signaux en 2007.

Les FRB, une énigme qui divise la communauté scientifique depuis dix ans

En analysant les données issues d’un relevé astronomique effectué à l’aide des instruments de l’observatoire de Parkes en Australie, le chercheur a en effet repéré un signal inédit dans la région du petit nuage de Magellan. Intrigué, l’homme avait tenté de déterminer son origine sans pour autant parvenir à ses fins.

Beaucoup ont alors pensé à une erreur, d’autant que plusieurs signaux similaires en provenance – cette fois – de la Terre ont été détectés trois ans plus tard par d’autres chercheurs.

Il aura fallu attendre l’année 2012 pour que les FRB reviennent sur le devant de la scène avec un puissant signal radio repéré cette fois par les instruments de l’Observatoire d’Arecibo installé à Porto Rico. Les chercheurs en poste ont commencé par penser à un dysfonctionnement d’une de leurs antennes, mais ce signal a aussi été repéré par un radiotélescope situé à un autre endroit du globe et ils ont alors compris que ces signaux n’étaient causés ni par un bug ni même par de quelconques interférences.

Plusieurs études ont été menées dans les années suivantes et les chercheurs ont découvert plusieurs signaux similaires, des signaux venant de systèmes stellaires lointains.

Un télescope à neutrinos pour étudier les sursauts radio rapides

Certains scientifiques ont réussi à déterminer l’origine de ces signaux sans pour autant pouvoir en expliquer la cause. Le mystère reste donc entier.

Justin Vanderbroucke, un physicien travaillant depuis plusieurs années pour l’Université de Wisconsin-Madison, a monté une équipe avec ses collègues afin de mener une enquête poussée sur ces sursauts radio.

Pour se faire, les chercheurs comptent s’appuyer sur le télescope à neutrinos le plus sensibles au monde : IceCube. L’appareil en question n’a aucun rapport avec le rappeur du même nom et il a ainsi pour but d’étudier les signatures des neutrinos. L’instrument ne fait d’ailleurs pas dans la demie-mesure et il intègre ainsi pas moins de  5 160 modules optiques.

Si les FRB sont aussi difficiles à étudier et à comprendre, c’est avant tout en raison de leur durée de vie limitée. Ces sursauts sont en effet trop rapides pour pouvoir être suivis avec des télescopes radio ou optiques.

IceCube est doté pour sa part d’un champ de vision extrêmement large et il devrait être en mesure de récolter davantage de données sur les trajectoires empruntées par ces signaux.

Au fil des années, les chercheurs ont formulé plusieurs hypothèses au sujet des origines des FRB. Certains d’entre eux pensent ainsi que ces sursauts radio proviennent en réalité d’étoiles à neutrons, mais personne n’a encore été en mesure de prouver formellement cette théorie.

Mots-clés astronomieespacefrb