Il a utilisé Match pour rencontrer et violer cinq femmes

Jason Lawrance fait actuellement la une de tous les médias anglais et cela n’a rien de surprenant. Cet homme de 50 ans a effectivement utilisé le site de rencontre Match.com pour rencontrer et pour violer pas moins de cinq femmes. Il a aussi agressé deux autres victimes, sans pour autant parvenir à assouvir ses bas instincts.

Match.com est un des plus gros sites de rencontres du web et il attire ainsi quotidiennement des millions de personnes à travers le monde. Il est très bien implanté aux Etats-Unis, bien sûr, mais il a aussi pignon sur rue en Europe.

Viols Match.com

Un homme de 50 ans a utilisé Match.com pour rencontrer et violer cinq femmes.

Mais s’il fait couler autant d’encre en ce moment, c’est surtout à cause de ce fait divers qui s’est déroulé récemment au Royaume-Uni.

Il utilisait deux profils pour séduire des femmes fragiles et isolées

Jason Lawrance a effectivement utilisé le site pour trouver des victimes et pour abuser sexuellement d’elles. Cet homme de 50 ans originaire de Liphook dans le Hampshire, avait une méthode bien rodée puisqu’il s’appuyait sur de faux profils pour attirer des femmes.

Après quelques échanges, il leur donnait rendez-vous dans des coins assez calmes et il s’arrangeait ensuite pour les entrainer à l’écart afin d’abuser d’elles.

Selon les conclusions de l’enquête, Jason Lawrance a fait pas moins de cinq victimes en l’espace de quelques années, toutes originaires de différents comtés.

Les agressions se sont déroulées entre juin 2011 et novembre 2014 dans le Derbyshire, le Leicestershire, le Northamptonshire et le Cambridgeshire.

La première agression a eu lieu en juin 2011. Il a conduit une femme dans un chemin de campagne isolé et il l’a violée à l’arrière de la camionnette. Deux ans plus tard, il a fait une nouvelle tentative, sans succès.

Il avait envoyé 24 heures plus tard un message à sa victime, un message plutôt bref puisqu’il ne contenait que quelques lettres : « Boo! Xx ».

En novembre 2013, il a eu des relations sexuelles consenties avec une femme originaire de Spalding mais cela ne lui a pas suffit et il l’a ainsi violée le lendemain. Quelques jours plus tard, il lui a envoyé un SMS pour s’excuser et pour dire qu’il se dégoûtait lui-même.

Ses profils avaient été signalés mais ils n’ont pas été supprimés

Un an plus tard, il a violé deux autres femmes dans des chambres d’hôtel située dans deux autres comtés.

Trois de ces viols se sont déroulés quelques mois après qu’il ait épousé sa femme, rencontrée elle aussi sur Match.com. A chaque fois, il s’attaquait à des veuves ou à des femmes divorcées.

L’homme a été condamné mercredi dernier pour viols, tentatives de viol et agression sexuelle. Le juge Gregory Dickinson lui a infligé la peine la plus lourde, soit la prison à vie.

Il devra rester derrière les barreaux au moins douze ans et demie afin de pouvoir demander à être libéré sur parole.

Le violeur n’a montré aucun signe de remord. Le juge Dickinson n’a pas mâché ses mots en rendant son verdict. Il lui a notamment dit que ses actes prouvaient de manière indiscutable qu’il aimait violer les femmes et qu’il présentait un risque certain pour la communauté.

Ses parents étaient présents au procès, de même pour ses trois enfants. Ils se sont effondrés en prenant connaissance de ses crimes.

Mais le pire, dans l’histoire, c’est que les profils qu’il utilisait avaient été signalés à plusieurs reprises, sans qu’ils ne soient supprimés. Les inspecteurs chargés de l’enquête espèrent donc que cette triste affaire poussera les sites de rencontres à faire un peu plus attention.

Mots-clés web