Clicky

Il existe désormais un préservatif capable de se lubrifier lui-même

L’industrie du sexe et du plaisir continue de surprendre. Après les robots sexuels et les sextoys de plus en plus élaborés, nous allons bientôt avoir droit à des préservatifs autolubrifiants. Des chercheurs de l’université de Boston, aux États-Unis, sont parvenus à développer un revêtement spécial qui devient lisse et glissant au contact des fluides corporels.

Selon les explications, le revêtement en question est composé d’une couche en polymères hydrophiles. Il recouvre entièrement la surface de la capote, permettant ainsi à cette dernière d’assurer une lubrification durable pour des rapports sexuels protégés et plus confortables.

Natural Cycles

L’étude a été publiée dans la revue Royal Society Open Science du 17 octobre 2018. Aucune précision n’a encore été donnée quant à une possible mise en marché d’un tel préservatif.

Pour un maximum de plaisir et de performances

En plus d’être capable de se lubrifier toute seule, cette capote révolutionnaire contribue aussi à plus de plaisir durant les rapports sexuels. Selon les détails rapportés par Motherboard, le revêtement spécial lui permet de rester glissant même après 1 000 allers-retours.

Il s’agit d’une petite révolution quand on sait que les préservatifs « standards » deviennent secs après 600 va-et-vient.

Le préservatif a été testé sur des volontaires afin de déterminer s’il procure des sensations réellement différentes par rapport aux capotes classiques. Résultat : 73 % des cobayes, composés de 13 hommes et 20 femmes, ont répondu par l’affirmative. Non seulement ils ont senti la différence, mais ils ont également trouvé les rapports sexuels plus longs et agréables grâce au préservatif.

Une subvention de 100 000 dollars

Ce préservatif futuriste a été créé dans le cadre d’un appel lancé en 2013 par la Fondation Bill & Melinda Gates. Qualifié parmi les onze concepts gagnants, le projet a reçu une subvention de 100 000 dollars de la part de la fondation du milliardaire américain.

Le but est d’inventer la capote de demain, mais pas seulement pour améliorer le confort et le plaisir durant les rapports sexuels.

L’objectif des chercheurs et de la fondation est également d’inciter le plus de monde possible à se protéger pour éviter les IST ainsi que les grossesses non désirées.

Le succès pourrait bien être au rendez-vous, car d’après Mark Grinstaff, l’un des meneurs du projet, « Des personnes qui n’utilisent pas régulièrement de préservatifs pour cause d’inconfort ou parce qu’elles ne les aiment pas ont affirmé qu’elles pourraient bien utiliser un tel produit. »

Micka

Curieuse de nature, je cherche à m'épanouir dans l'une de mes passions, l'écriture web, avec la devise : ne rien prendre pour acquis et prendre chaque mission comme un challenge.