Il faut sauver le lapin Nabaztag !

Je n’en ai pas vraiment parlé, mais vous devez déjà savoir que la société à l’origine du célèbre lapin Nabaztag se trouve en redressement judiciaire depuis le 30 juin dernier. Et oui, que voulez-vous, en temps de crise, on préfère donner du fric aux CE des banques plutôt que d’aider les PME à tenir la tête hors de l’eau, hein… Enfin toujours est-il que deux passionnés du lapin ont monté un site pour récolter des brouzoufs, racheter Violet et devenir les maîtres du monde. Ou pas.

Le Nabaztag est en danger, sauvons-le !

Malgré un titre profondément drôle, dont le parallèle avec le soldat Ryan n’aura sans doute échappé à personne, sachez que mes doigts tremblent en écrivant ces lignes. Depuis sa sortie, le Nabaztag et ses chouettes oreilles m’ont souvent fait rire. Et j’ai souvent hésité à m’en prendre un… Mais bon, vous connaissez l’histoire, on a souvent tendance à remettre au lendemain ce qu’on peut faire le jour même et c’est comme ça qu’on se prend plusieurs années et un redressement judiciaire dans les dents.

En toute franchise, la nouvelle m’a vraiment rendu triste. C’est certain, le contexte économique n’est pas facile en ce moment, les faillites se suivent et se ressemblent, on ne compte même plus le nombre de personnes qui ont perdu leur emploi, mais il n’empêche que cela me met à chaque fois en colère.

Quand on nous annonce une nouvelle du genre, on a souvent tendance à lire l’information sans y prêter vraiment attention. Après tout, ce ne sont que quelques mots jetés sur des blogs, ou balancés par des journalistes. Et l’information brute, on ne peut pas la ressentir, on oublie souvent quelles sont les conséquences d’un tel évènement.

La vérité, c’est que lorsqu’une entreprise ferme ses portes, ce sont des dizaines (au mieux) de vies et de foyers en danger. Même si le système français a tendance à épauler les chômeurs, cela n’enlève rien au traumatisme qu’un licenciement, même économique, peut provoquer. Perdre son emploi, ne pas savoir si l’on en retrouvera un, c’est horrible. Perdre son entreprise, devoir annoncer à ses salariés qu’ils n’ont plus de boulot, c’est encore pire. On les oublie souvent mais les patrons de PME n’ont pas le beau rôle, loin s’en faut. La plupart du temps, ils sont même moins bien payés que leurs employés.

Je m’égare, je m’égare, mais le fait est que ce qui arrive à Violet est grave. Et que cela me chagrine. Vous comprendrez donc sans doute ce bref hors-sujet et j’espère que vous ne vous en offusquerez pas.

La nouvelle importante, c’est que deux passionnés du lapin ont décidé de tout faire pour racheter l’entreprise. Pour se faire, ils ont lancé un site afin de récolter… deux millions d’euros. C’est une somme conséquente, certes, mais ils sont déjà parvenus à réunir 67.314€ de promesses de don. Ce n’est pas énorme, certes, mais c’est un bon début alors n’hésitez pas à relayer l’information.